Alon filozofé

Quel sens donnons-nous à l’amour ?

Billet philosophique

Roger Orlu / 17 février 2017

La célébration de la traditionnelle ‘’Fête des amoureux’’ à l’occasion de la Saint Valentin a eu lieu ce mardi 14 février comme tous les ans à La Réunion et dans bien d’autres pays. De quoi passer de bons moments ensemble entre amoureux et parfois en famille, avec d’autres proches, etc. Et, pourquoi pas ?, de quoi aussi réfléchir en tant que Réunionnais sur le sens que nous voulons donner à l’amour, comme cela s’est fait dans plusieurs événements dans le pays…

JPEG - 26.5 ko
Les amoureux de la pièce ‘’Désarmés le gran kantik’’.

Ce fut le cas, par exemple, lors de la belle présentation vendredi dernier à la Cité des arts de Saint-Denis de la pièce de théâtre intitulée ‘’Désarmés le gran kantik’’, jouée par les comédiens Anne-Gaëlle Hoarau et Fabrice Lartin de la compagnie Nektar, et mise en scène par Cécile Hoarau. Cette pièce a aussi été bâtie sur 2 textes : ‘’Désarmés’’, de Sébastien Joannièz, et ‘’Gran kantik’’, la traduction en créole par Axel et Robert Gauvin du texte biblique ‘’Le Cantique des cantiques’’.

Ce spectacle « donne la parole à une femme et un homme qui appartiennent à deux communautés religieuses différentes ; ils s’aiment mais jusqu’à présent ni l’un ni l’autre ne s’est raconté et cette parole enfin libérée porte l’empreinte de la déflagration des bombes ». Voilà un sens intéressant qui peut être donné à la vie conjugale pour libérer le couple des violences intra-familiales et vivre ensemble en paix durant toute la vie…

« Nout ker lé com galé »

Cette pièce de théâtre a été suivie au même endroit par une conférence-débat de Jean Viracaoundin, président du Cercle Philosophique Réunionnais, animée par Cécile Hoarau, sur ‘’Le métissage à La Réunion : entre réalité et utopie’’. Lors de cette rencontre, des échanges très intéressants ont eu lieu entre plus d’une vingtaine de militants culturels, écrivains, formateurs et autres citoyens sur l’importance valoriser notamment l’inter-culturalité réunionnaise pour renforcer la solidarité et la justice dans notre pays.

Cette culture de l’amour sur le plan social a été exprimée avec force le dimanche 12 février à Joli Fond (Saint-Pierre), où ATD (Agir Tous pour la Dignité) – Quart-Monde a lancé sa mobilisation pour 2017 en célébrant le 100e anniversaire de la naissance du Père Joseph Wrésinski, le fondateur de ce mouvement en France. Cela s’est fait notamment lors d’une messe, où des homélies, cantiques et prières très émouvantes ont été prononcées pour « lutter ensemble contre la misère » et éviter que « nout ker lé com galé ».

Que vive la fête des amoureux !

Autre exemple de plaidoyer des Réunionnais pour la justice et la paix : la conférence organisée le mardi 14 février à la mairie de Saint-Denis par le mouvement L’Œuvre d’Orient avec le Groupe de Dialogue Inter-religieux de La Réunion, où Mgr Georges Casmoussa, archevêque en Irak, a dénoncé les violences tragiques contre les chrétiens de ce pays en prônant « le dialogue pour mieux vivre ensemble ». Soutenu par un public très nombreux, il a lancé un appel « pour une politique internationale favorisant l’entente entre les peuples et les communautés religieuses du monde entier ».

En politique, les forces vives réunionnaises — incarnées notamment par le P.C.R., favorable à « une union sans exclusive de notre peuple pour qu’il accède à la responsabilité par une assemblée délibérative du pays » — peuvent donc donner un sens à l’union conjugale et familiale dans un engagement commun au service des autres. Dans cet esprit, que vive la fête des amoureux !

Roger Orlu