Alon filozofé

Quels enseignements tirer de Berguitta ?

Billet philosophique

Roger Orlu / 26 janvier 2018

Certes, la forte tempête tropicale Berguitta qui vient de passer tout près du pays n’est pas une catastrophe mortelle comme en ont déjà vécues beaucoup de Réunionnais-es dans le passé voire récemment ainsi que plusieurs peuples du monde, notamment dans notre région, l’Indianocéanie. Mais l’ampleur des dégâts actuels de cette tempête et ceux probables des suites à venir doivent nous faire réfléchir sur les leçons à en tirer.

JPEG - 53.2 ko
Les empilages de galets sur le bord de mer de l’Étang-Salé sont très visités.

Quand on voit les conséquences de Berguitta à La Réunion sur les terres agricoles, sur les espaces de déplacements, sur les approvisionnements de la population en eau potable, sur l’érosion du littoral, etc., on ne peut pas ne pas se poser la question : quels dégâts vont provoquer les prochains cyclones dans le pays ? On doit aussi se demander comment prévenir les catastrophes à venir, c’est-à-dire concrètement que faire pour empêcher qu’elles produisent des soucis dramatiques.

Cela pose aussi la question de la responsabilité de ces connaissances et de ces préventions. En d’autres termes, qui décide quoi à La Réunion dans le domaine des recherches comme des alertes sur les effets du réchauffement climatique et sur les conclusions à en tirer ?

Les causes de tout ça

Ne faut-il pas aussi se poser la question des causes du réchauffement climatique lui-même et sur l’urgence comme l’ampleur des mesures à prendre pour éliminer ces causes qui menacent la planète et l’humanité ? Mais tout cela, qui s’en occupe à La Réunion afin d’être fidèle aux engagements comme aux propositions de Paul Vergès et de ses camarades du PCR, rappelées dans un document remis par ces derniers au préfet ce mardi ?

En plus du monde socio-économique et politique, il est évident que ce problème concerne aussi le monde éducatif, culturel et médiatique. En effet, il est indispensable d’informer, de sensibiliser et d’éduquer la population sur les conséquences économiques, sociales, environnementales et humaines d’une manière générale sur les effets négatifs voire catastrophiques du système capitaliste qui domine notre pays comme la planète.

Galets empilés

Dans cet esprit, nous voudrions vous faire connaître les richesses de cet espace culturel réunionnais qu’est le bord de mer de l’Étang-Salé (côté Sud, après le Gouffre), où des milliers de galets ont été empilés par des centaines de personnes depuis quelques années en formes d’œuvres d’art. Sur quelques centaines de mètres de la côte, on peut admirer ces empilages très divers de plusieurs pierres, qui sont admirés — et parfois enrichis — chaque jour par de nombreux visiteurs.

Selon nos informations, ces galets ont été empilés — entre autres — soit par simple plaisir de créer cette œuvre artistique symbolique, soit pour rendre hommage à des ancêtres disparus en mer au temps de l’esclavage et de l’engagisme. Cette culture de notre mémoire à préserver et à valoriser dans tout le pays est peut-être aussi un des enseignements à tirer du passage de Berguitta.

Roger Orlu