Alon filozofé

« Regardons ensemble ce que nous devons faire »

Billet philosophique

Roger Orlu / 31 juillet 2020

Comme disait Paul Vergès, « la philosophie c’est réfléchir ensemble pour analyser notre société et voir ce que nous devons faire pour la transformer au mieux au service du bien commun ». C’est pour cela que dans cette chronique nous vous transmettons les idées et les actions de penseurs réunionnais afin d’aller dans ce sens.

JPEG - 141.8 ko
Le public — dont de nombreux collégiens partenaires — lors d’une marche ‘’Galé la mémoir’’ organisée le 23 novembre 2012 par le maire du Port, Jean-Yves Langenier, sur le littoral Nord de La Pointe des Galets pour cultiver la mémoire historique et l’identité du peuple réunionnais.

Cette semaine, nous vous proposons d’évoquer à ce sujet la rencontre organisée le 24 juillet dernier à Saint-Denis (au restaurant ‘’Le Manguier) par l’Association Initiatives Dionysiennes (AID) et animée par son porte-parole, le Dr Bruno Bourgeon, sur le thème ‘’Grande-Synthe, la ville où tout se joue’’. AID a d’abord projeté un documentaire, où l’on présente « les difficultés d’une commune près de Dunkerque, enchâssée entre usines polluantes, terminal méthanier, centrale nucléaire de Gravelines, industrie sidérurgique, et mer du Nord. C’est l’une des communes les plus pauvres de France. Elle concentre les crises de notre temps : économique, écologique, migratoire, auxquelles l’ensemble de l’Humanité devra faire face ».
On y voit aussi que « sous l’impulsion de Damien Carême, maire écologiste de 2001 à 2019, les citoyens, associations et pouvoirs publics trouvent des solutions parfois fragiles, dans l’enthousiasme et le partage » au point que « Grande-Synthe a été nommée capitale mondiale de la biodiversité en 2010 » et qu’« elle s’est inscrite comme ville en transition, se présentant ainsi comme un véritable laboratoire du futur. Magistrale leçon d’empathie ! ».

« Rassembler pour la responsabilité »

Ce film, financé par le mouvement humanitaire Emmaüs France, et le débat fraternel à ce sujet nous fait penser à des grandes actions réalisées par des communistes réunionnais et leurs alliés après avoir élus à la direction de plusieurs communes à partir de 1971, suite aux combats menés ensemble par les démocrates dans le pays contre les fraudes électorales. On pense notamment aux magnifiques réalisations des équipes de Paul Vergès et de Jean-Yves Langenier au Port, de Lucet Langenier et de Maurice Gironcel à Sainte-Suzanne, de Roland Robert à La Possession et plus tard par l’équipe d’Élie Hoarau à Saint-Pierre, etc. pour transformer leurs villes sur le plan économique, social, environnemental, éducatif et culturel.
Ces réalisations ont eu des effets positifs historiques dans ces villes (voir la photo) mais aussi dans tout le pays ; elles ont marqué notre histoire et influencé des changements à La Réunion (voir par exemple les travaux lancés par Paul Vergès avec Raymond Lauret pour faire du Port une ville cyclable, avant de mettre en œuvre à la Région des ‘’voies vélo régionales’’ à Sainte-Marie et à l’Étang-Salé afin de transformer notre pays en ‘’île cyclable’’). Cela nous fait penser d’une manière globale à une déclaration d’un expert lors d’un colloque économique, social et environnemental anti-capitaliste organisé à Grande-Synthe et dont parle le film : « Regardons ensemble ce que nous devons faire pour transformer notre société pour la rendre meilleure ». D’où le mot d’ordre du 9e congrès du Parti Communiste Réunionnais tenu à Sainte-Suzanne le 5 février 2017 : « Rassembler pour la responsabilité ».

Roger Orlu