Alon filozofé

Résister au négationnisme de l’identité réunionnaise

Billet philosophique

Roger Orlu / 13 décembre 2019

De plus en plus de Réunionnaises et Réunionnais s’engagent et se mobilisent pour faire connaître, renforcer, faire reconnaître et respecter l’identité de leur peuple afin qu’il puisse assumer au mieux et au plus vite ses responsabilités dans la prise en mains de l’avenir de son pays. Mais quels sont les obstacles à ce projet historique et comment les surmonter ?

JPEG - 65.7 ko
Un des nombreux stands au Salon de la Culture et de l’Identité Réunionnaise.

Comme le dit Paul Vergès dans le célèbre film ‘’Sucre amer’’ de 1963 (4 ans après sa fondation du Parti Communiste Réunionnais en 1959), « nous sommes des Réunionnais, nous sommes dans notre pays où nous sommes fiers de notre qualité de Réunionnais et c’est à nous de gérer notre pays ». Depuis 60 ans, d’autres compatriotes, non membres du parti du ‘’diable communiste’’, se sont associés de diverses manières à ce combat et actuellement ils sont de plus en plus nombreux à mener des actions pour aller dans ce sens afin d’émanciper le peuple réunionnais.
C’est ce que l’on a pu constater du 6 au 11 décembre au Parc des Expositions du Chaudron, où un grand nombre d’associations et d’artistes ont participé avec le public à la 1ère édition du Salon de la Culture et de l’Identité Réunionnaise, organisé par l’Agence Komkifo (Agence de Développement Culturel), dirigée par Zakaria Mall. Durant 6 jours, de nombreuses organisations associatives très diverses sont venues présenter dans des stands et débats leurs actions ainsi que leurs projets pour faire avancer l’économie sociale et solidaire, l’autosuffisance alimentaire, l’agriculture bio, les plantes médicinales péi, l’accueil des migrants, la connaissance de notre histoire, nos recherches spatiales, la lang kréol La Rénion, notre inter-culturalité, etc. « pou ozé nout domin ».

Vive l’union des Réunionnais

À ce sujet, que font les diverses institutions officielles — dont le système éducatif — pour défendre ces causes fondamentales afin d’aider les citoyens réunionnais à connaître les défis à relever et les solutions à envisager pour un développement durable et solidaire, ainsi que préparer la jeunesse réunionnaise à diriger son pays ? Que font les médias dominants pour mettre en cause le négationnisme du peuple réunionnais et de son identité, quand ils nous parlent de ‘’l’hexagone’’ et de ‘’la métropole’’ à propos de la France, en évoquant ‘’l’actualité nationale’’ (pour la France), ‘’l’actualité locale’’ et les ‘’produits locaux’’, les ‘’artistes locaux’’ plutôt que réunionnais, alors que La Réunion est notre pays, notre nation, notre patrie et que la France est à 10.000 km ?

Que font les dirigeants politiques qui collaborent avec le système néo-colonial, dont ils font partie des profiteurs, afin d’abolir ce système injuste ? Ils passent leur temps à diviser les Réunionnais sous les applaudissements des colonialistes, afin de satisfaire avant tout leurs ambitions personnelles au détriment des plus pauvres. C’est pourquoi ils devraient suivre l’exemple de ce qui s’est passé à ce salon, où des échanges très constructifs, non sectaires et non dogmatiques ont eu lieu, avec de nombreuses convergences et des visions à la fois réunionnaises et globales sur le plan économique, social, environnemental, culturel, éducatif, identitaire. D’où cet appel lancé par plusieurs orateurs et artistes : vive l’union des Réunionnais sur un projet commun dans l’intérêt commun pour faire gagner notre peuple !

Roger Orlu