Alon filozofé

« Servir »

Billet philosophique

Roger Orlu / 13 septembre 2019

Suite à cet événement historique de la visite du pape François dans notre région (au Mozambique, à Madagascar et à l’Île Maurice), où le chef de l’Église catholique dans le monde a transmis des messages très forts pour transformer nos sociétés en faveur de la justice, de la paix et du respect de la nature, il y a beaucoup d’enseignements à en tirer pour La Réunion.


Jocelyn Clain, membre de la Croix Blanche de La Réunion et président du Cercle Philosophique Réunionnais, dimanche dernier à Saint-Paul lors de la Journée Mondiale des Premiers Secours.

Suite à cet événement historique de la visite du pape François dans notre région (au Mozambique, à Madagascar et à l’Île Maurice), où le chef de l’Église catholique dans le monde a transmis des messages très forts pour transformer nos sociétés en faveur de la justice, de la paix et du respect de la nature, il y a beaucoup d’enseignements à en tirer pour La Réunion.

En effet, déjà beaucoup de Réunionnais ont participé à ces rencontres massives avec les peuples frères de l’Océan Afro-asiatique — en montrant parfois le drapeau réunionnais — et à La Réunion même beaucoup de nos compatriotes ont aussi apprécié les valeurs humaines fondamentales défendues par le pape François, transmises par les médias et soutenues par l’évêque de La Réunion. Maintenant, il s’agit de voir comment concrètement les appels du pape à nous engager tous ensemble pour mettre en cause le système dominant — exploiteur, pollueur, concurrentiel —peuvent être mis en œuvre.

À ce sujet, nous constatons qu’il y a de plus en plus de concordances entre penseurs et acteurs réunionnais pour aller dans ce sens et notamment pour soutenir l’appel lancé le 4 mars dernier par Mgr Gilbert Aubry en faveur d’une Conférence territoriale élargie afin de réaliser un projet réunionnais de développement durable et solidaire. On a vu cela par exemple lors de la conférence tenue par Paul Hoarau avec Luniversité Maron vendredi dernier à Saint-Denis et lors de la forte ‘’Assemblée générale extraordinaire’’ du Parti Communiste Réunionnais organisée le dimanche 8 septembre à Sainte-Suzanne en faveur du « rassemblement pour la Responsabilité réunionnaise ».

« Problèm, problèm ! »

Dans la société civile du pays, de plus en plus de personnes se mobilisent pour faire avancer ce combat lancé par le PCR il y a 60 ans, comme on l’a vu la veille au Chaudron lors de la réunion du Komité Rényoné Panafrikin, animée par Mathieu Laude et où l’accent a été mis sur « l’importance de rassembler les anticolonialistes réunionnais ».

Par ailleurs, afin de cultiver réellement la solidarité réunionnaise en faveur des personnes en difficultés, le même jour, dans le cadre de la Journée Mondiale des Premiers Secours, la Croix Blanche de La Réunion, présidée par René-Paul Hoarau, a organisé une belle randonnée pédagogique à vélo de La Possession à Saint-Paul en passant par Le Port pour expliquer aux participants comment venir au secours à une personne en urgence médicale. Et pour répondre à la problématique : à quoi je sers, qui je sers, à qui je rends service, dans quel but… ? plusieurs associations partenaires de la Croix Blanche ont apporté leurs contributions à la lutte pour la santé, contre les violences intra-familiales etc… et tout cela sous le mot d’ordre fondamental : « servir ».

Pour encourager cet engagement humanitaire, allons citer le magnifique concert donné le soir même au Port par le célèbre artiste réunionnais Thierry Gauliris avec son groupe Baster. Fidèle à ses engagements depuis plus de 30 ans, nout frèr Thierry a rappelé dans ce concert quelques pensées essentielles pour donner un sens à notre vie : « Viv lé maronèr é lé révolusionèr ! (…) Oté La Rényon mon péi, rouv ton zyé dabor su sak i fé pitié. (…) Nou vé nout lang rénioné. Mon pèp fo lévé. Lèss anou pansé an Rénioné. Rèspèk nout lidantité. (…) Nou lé kont la gèr ! (…) Zanfan la Tèr lé dan la doulèr. Problèm, problèm ! (…) ». Voilà pourquoi nous devons « servir », comme dit la Croix Blanche, plutôt que se servir soi-même…

Roger Orlu