Alon filozofé

« Sortir de tous nos confinements »

Billet philosophique

Roger Orlu / 5 juin 2020

Vendredi dernier dans cette chronique, nous avons évoqué en citant plusieurs penseurs réunionnais l’urgence de continuer la lutte contre le racisme et les discriminations sociales hérité-e-s de l’esclavage. L’actualité nous a montré l’importance de ce combat, avec notamment les manifestations organisées à La Réunion, en France, aux États-Unis d’Amérique et ailleurs dans le monde entier après l’assassinat raciste de George Floyd par la police à Minneapolis. Et dans une émission de Réunion 1ère animée par Claude Montanet ce mercredi, le président de la Ligue des Droits de l’Homme à La Réunion, Dominique Rivière, a plaidé en faveur de l’union des Réunionnais dans la mobilisation contre le racisme. Voir à ce sujet la belle déclaration du Mouvement Réunionnais pour la Paix, présidé par Julie Pontalba, parue dans ‘’Témoignages’’ ce jeudi 4 juin.

JPEG - 122.9 ko
Reynolds Michel (3e à droite), entouré de nombreux artistes et militants culturels lors d’un kabar pour célébrer le 5e anniversaire du décès du Père René Payet à la Ligne des 400 de Trois Mares au Tampon le 10 novembre 2016.

Cela fait partie des nombreuses luttes à mener face aux crises sanitaires mais aussi alimentaires, économiques, sociales, environnementales, culturelles et éducatives dont souffre une grande partie de l’humanité, sur lesquelles viennent de s’exprimer plusieurs penseurs réunionnais, en évoquant des perspectives. Nous citerons — entre autres — le Dr Bruno Bourgeon, porte-parole d’AID (Association d’Initiatives Dionysiennes), qui nous a fait part de « huit propositions pour changer d’air (ère) » après le Covid 19, en s’appuyant sur des voies à suivre très intéressantes exprimées par de nombreux philosophes, organisations syndicales, politiques et associatives du monde entier (voir ‘’Témoignages’’ du 27 mai).
En conclusion, il cite 75 organisations mondiales qui ont lancé début mai un « appel commun à la reconstruction » et qui « se résume se résume en quelques mots : investir dans l’essentiel.
 La crise sanitaire ayant révélé les vulnérabilités de notre société, le groupe demande d’investir massivement dans notre système de santé, l’éducation et la recherche, la formation et la création d’emplois dans les activités écologiquement et socialement responsables. Quitte à financer la reconversion des salariés qui subissent les choix industriels du passé… Et si on se mettait autour d’une table pour en faire un programme unique ? Évitons le retour à l’anormal ! ».

« Construire la civilisation de l’amour »

Autre réflexion à retenir : elle vient de Reynolds Michel, ancien prêtre catholique, réprimé au moins deux fois par le régime colonial parisien car il avait fondé le mouvement Témoignage Chrétien de La Réunion il y a 50 ans, allié avec d’autres organisations avec le Parti Communiste Réunionnais pour la décolonisation du pays. Celui qui est le président de l’Espace pour Promouvoir l’Interculturel (EPI), fondé en 2006, souligne notamment dans un texte publié la semaine dernière sous le titre ‘’La Pentecôte, sortir de tous nos confinements’’…« spirituels et autres enfermements » (voir ‘’Témoignages’’ du 30 mai).
Dans cet esprit, il nous invite à rejoindre « ici l’appel d’une quinzaine de personnalités et responsables d’associations catholiques, parmi lesquelles la Société Saint-Vincent de Paul, le Secours catholique, les AFC…, appelant les catholiques à aller au-devant de leurs concitoyens fragilisés par la crise sanitaire ». Voici un extrait de leur appel : « Nous sortirons pour proposer de nouveaux modes de vie prophétiques, et construire avec tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté la civilisation de l’amour ». Et Reynolds Michel conclut : « La grande question est comment allons-nous ensemble, croyants et non-croyants, affronter les grands défis à venir ? ».

Roger Orlu