Alon filozofé

« Une Réunion de paix, une Réunion fraternelle »

Billet philosophique

Roger Orlu / 30 mars 2019

Que devons-nous faire face aux violences, parfois criminelles, auxquelles nous sommes confrontés chaque jour, au plus près comme au plus loin ? Comment prévenir ces violences et les éviter, comment les soigner et comment les réparer ? De grands penseurs, chercheurs et militants culturels réunionnais nous ont fait part de réflexions très intéressantes à ce sujet ces derniers jours.

Nous citerons tout d’abord la Docteure Alice Ranorojaona-Pélerin, médecin anthropologue d’origine malgache, qui a présenté à un public très nombreux au siège du Département le 21 mars « les fruits de ses recherches » afin de « soigner avec la quête de sens ».


La Docteure Alice Ranorojaona-Pélerin au Palais de La Source. (photo Joël Pélerin)

Et pour donner des soins adaptés à des personnes malades voire en grave souffrance, elle préconise notamment la ‘’Joroterapia’’, qui est « une démarche anthropologique multi et transdisciplinaire aidant la personne à donner du sens à des troubles qui échappent à la science médicale, en analysant les éléments non apaisés de son histoire pour l’aider à se soigner en faisant la paix avec ses émotions et son histoire ».

Il est intéressant de savoir que la Joroterapia vient de plusieurs mots malgaches qui donnent un sens profond à cette forme de thérapie : ‘’joro’’ (être debout), ‘’tera’’ (né de), ‘’pia’’ (tranchées, douleurs), et donc c’est ‘’se remettre debout, renaître, après avoir été plus ou moins grièvement blessé’’.

Et pour aller dans ce sens, comme l’a expliqué Alice Ranorojaona-Pélerin, il est notamment recommandé de « sortir de tout esprit revanchard », « surmonter la divergence entre l’intérêt individuel et collectif », « partager la culture humaine commune », « donner du sens à notre vie », « poser l’amour comme lien indéfectible et le substituer aux émotions délétères ».

« Il faut l’union des cœurs »

Ce sont ces valeurs humaines fondamentales qu’ont défendues le 24 mars à Saint-Denis les organisateurs et partenaires d’une grande et belle ‘’Marche réunionnaise pour la paix’’, en hommage aux victimes d’un attentat raciste et fasciste contre deux mosquées en Nouvelle Zélande neuf jours plus tôt.


La marche réunionnaise pour la paix ce 24 mars à Saint-Denis.

À cette occasion, Mairhoume Sidambarom et Bashir Ranganayaguy, responsables de l’AIMR (Association Interculturelle des Musulmans de La Réunion), et d’autres personnalités culturelles réunionnaises comme Mgr Gilbert Aubry ont pris la parole pour rappeler que « la vie humaine est sacrée » et que pour la protéger « il faut l’union des cœurs ».

Idriss Issop-Banian, président du GDIR (Groupe de Dialogue Inter-religieux de La Réunion), est aussi intervenu pour souligner en particulier qu’« il faut continuer à nous donner la main, comme nous le faisons depuis de nombreuses années, et avancer ensemble en confiance et dans l’espérance ».

Et l’auteur du beau poème devenu un chant intitulé ‘’Hymne La Réunion’’ a conclu : « Tous ensemble, fils de notre île arc en ciel, sur cette perle née du souffle divin, bâtissons pour nos enfants de demain une Réunion de paix ! Une Réunion fraternelle ».

Roger Orlu