Alon filozofé

Viv lo pép rénioné !

Billet philosophique

Roger Orlu / 2 novembre 2018

Il y a de quoi réfléchir sur les enseignements à tirer des qualités de la ‘’Fét Pép Réyoné’’ célébrée ce dimanche 28 octobre à La Possession par l’association Comité de Soutien Réunionnais et à laquelle ont participé plusieurs centaines de personnes. Celles-ci ont notamment suivi et apprécié les visites d’une trentaine de stands sur divers atouts de nout kiltir ainsi que les prestations d’une dizaine de groupes artistiques péi sur la scène de la Place du Festival.

JPEG - 132.8 ko
Le kozman de l’historien Laurent Hoareau sur le maronaz des esclaves réunionnais combattants de la liberté.

Mais ce que nous retiendrons avant tout de cet événement, c’est la richesse des kozman auxquels ont participé plusieurs dizaines de militants culturels de tout le pays, avec des échanges très constructifs et des exposés très intéressants de plusieurs personnalités du monde culturel réunionnais. Voici la liste de ces intervenants et les thèmes abordés :
• Yvrin Rosalie, président du Komité Éli, sur l’importance de la révolte de nos ancêtres esclaves dans la région de Saint-Leu (à partir des Hauts de la ravine du Trou) en novembre 1811.
• Le tisanier Fabrice Thémyr, sur les nombreuses vertus de nos plantes médicinales à développer dans tout le pays et à faire connaître à la population.
• L’écrivain Karl Ramassamy, auteur de ‘’Nout’ Rényonézité, Nout’ Fanal’’ (juillet 2017, Éditions Nout’ Racine), sur l’importance de renforcer la promotion et la connaissance de nout lang kréol.
• L’historien Laurent Hoareau, sur les combats héroïques admirables pour la liberté menés par les marones et marons face au système esclavagiste (voir le site maronaz.re et l’exposition sur le maronage réunionnais au Centre culturel Sudel Fuma en face de la mairie de Saint-Paul).
• L’historien Jean-Frédéric Véfour, de l’association Kartyé Lib, sur la nécessité de préserver le lieu de mémoire très important qu’est l’ancienne prison Juliette Dodu à Saint-Denis.
• L’écrivaine Monique Séverin, sur l’importance de faire reconnaître l’identité spécifique du peuple réunionnais et de faire respecter les droits fondamentaux de ce peuple.
• Ghislaine et Philippe Bessière, responsables de l’association Rasine Kaf, et Éric Murin, président du CRAN à La Réunion, sur les liens entre la libération du peuple réunionnais et l’abolition de toutes les formes de racisme et de discriminations héritées de la colonisation du pays et liées au système néo-colonial en place.

« Une conférence territoriale »

Parmi les conclusions que l’on peut tirer de ces kozman très intéressants, c’est que de plus en plus de nos compatriotes se sentent forts d’être Réunionnais et capables d’assumer leurs responsabilités dans la gestion de leur pays. En effet, peut-on continuer à laisser les pilleurs, les profiteurs, les pollueurs, les assimilateurs et les diviseurs de notre peuple commander La Réunion, surtout au détriment des plus pauvres ?
Pour aller dans ce sens, Yvan Dejean et Ary Yée-Chong-Tchi-Kan ont rappelé ce mardi lors d’une conférence de presse au nom du Parti Communiste Réunionnais que « les solutions ne peuvent en aucun cas venir de Paris » et qu’il faut « une conférence territoriale pour que chacune et chacun puissent donner leur opinion par un élargissement à toutes les forces vives : parlementaires, syndicats, mouvement associatif et partis politiques ». Dans cet esprit, plus que jamais nous pouvons et devons dire : viv lo pép rénioné !

Roger Orlu