C’en est trope

Charles Angrand : le point sur la correspondance adressée à Maximilien Luce (12)

Jean-Baptiste Kiya / 2 novembre 2018

JPEG - 57.1 ko
Peinture française XIXe siècle, volume III par George Besson, éditions Braun & Cie.

La recherche portant sur la vie et l’œuvre de l’artiste néo-impressionniste Charles Angrand passe par l’étude du corpus de la correspondance qu’il entretint avec ses camarades. L’importance de celle qu’il échangea avec Maximilien Luce, acquise par l’Institut National d’Histoire de l’Art auprès d’un libraire newyorkais en mars 2010, amène au comparatif avec celle qui fut publiée par M. Lespinasse en 1988, 22 ans plus tôt.
Au sommaire de l’ouvrage, est indiqué 192 lettres pour le seul destinataire, avec un échange qui court de mars 1899 au décès de l’artiste, début avril 1926. Un décompte précis corrige cette annonce : sont reproduites en réalité 210 lettres en direction de Luce.
En regard, la base documentaire AGORHA sur le site de l’INHA recense 2 lots de lettres pour le même destinataire, et indique un nombre de documents que le Département de la Bibliothèque et de la Documentation corrige, à savoir :
1.Autographes 180, 30 –Angrand, Charles : 57 LAS à Maximilien Luce – sous-dossier – Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Paris).
2.Autographes 180, 31 – Angrand, Charles : 181 LAS à Maximilien Luce – sous-dossier – Bibliothèque de l’INHA, collection Jacques Doucet (Paris).
Soit un total de 238 courriers.
À ceci près que 4 lettres du lot 180-31 référencées 46, 47, 119 et 141 ont disparu, sans que l’on sache pourquoi ni comment, du fonds.
Aussi le différentiel négatif de la Correspondance publiée par rapport au fonds de l’INHA se monte-t-il au chiffre bas de 24. 24 lettres d’Angrand sont à ce jour inédites. Pourquoi ? Et que disent-elles ?

- Tableau synoptique avec commentaires critiques -

Numéro au fonds de l’INHA Date indiquée dans la Correspondance publiée, pagination. Commentaires
136 (180-31) 23 mai 1920 (p.282) Date erronée : la lettre porte en en-tête « mardi », le 23 mai 1920 fut un dimanche. 1 ponctuation forte non suivie. 4 lignes manquantes en tout (Venise ; Don Quichotte [journal] ; Fer).1 soulignement inexact, 1 non rendu.
3ème page manquante (inondations, son frère, son neveu, sa sœur).
137 Avril 1921 (p.289) 2 mots inversés. 1 mot pour 1 autre(‘sensible’ pour ‘serviable’).
138 Fin mai 1920 (p.283) 1 à la ligne non respecté ; 1 verbe temps erroné ; 1 mot pour 1 autre (‘exposition’ pour ‘opération’) ; soulignement erroné.
139 Mars 1920 (p.281) 1 soulignement non respecté ; 1 mot ajouté ; 1 nom pour 1 autre (‘Pierrot’ pour ‘Pernet’).
140 Début janvier 1920 (p.280)
141 Document indisponible Disparu du fonds.
142 Inédit Post scriptum d’un courrier situé entre 1921 et 1923. Cf. articles 11 et12 sur le site : « Ch. Angrand, le point sur la correspondance adressée à M. Luce : document inédit. Mouvement Clarté, Querville, Vaillant-Couturier, Balzac, Russie.
143 Inédit Cartin sans formule d’accroche, ni Formule de politesse. Référence à Un article du Carnet sur Hamp, signé Octave Uzanne.
144 Mars 1910 (p.209) Date erronée : l’en-tête de la lettre indique « lundi soir 5 », le 5 mars 1910 est un samedi. Je la date avant 1920, possiblement 1919.
1 majuscule non respectée,
1 ponctuation non respecté (pour ?)
145 1ère semaine d’octobre 1917 (p.277) Donc jeudi 4 octobre 1917. 2 fois
1 mot pour 1 autre, 2 fois ajout de mot.
146 1ère semaine février 1920 (p.280) 2 fois mot oublié
147 Mai 1923 (p.310) 2 fois majuscule omise, oubli de 2 lignes (Numéro de L’œuvre, imagier, exposition de Signac), 1 mot pour un autre (‘juin’ pour ‘jour’),
1 mot omis, 1 mot en trop, guillemets en trop.

Jean-Baptiste Kiya