C’en est trope

Notes d’un traître (1)

Jean-Baptiste Kiya / 16 août 2018

JPEG - 36.2 ko
Éloge de la trahison par Denis Jeambar et Yves Roucaute, au Seuil.

. « Est-il immoral de nettoyer les toilettes avec le drapeau national ? » (Ruwen Ogien).
J’y vois pour ma part plus de couleurs que de valeurs.
. « Tous les drapeaux ont été tellement souillés de sang et de merde qu’il est temps de ne plus en avoir du tout. » (1869, G. Flaubert à G. Sand).
. « Un homme bon, un homme sain, un homme raisonnable ne doit pas saluer les drapeaux » (Henri Barbusse).
. « Les étendards sont faits pour nous dégoûter de la couleur » (Crevel).
. « Le jour où l’on chantera sur l’air de la Marseillaise ‘la République Universelle’ de Louise Michel, peut-être la fraternité ne sera pas trop loin. » (René Bourdet).
. « -Vous êtes un traître, vous êtes un traître, monsieur Salvain ! reprit-il. Depuis que vous êtes dans ce pays, vous menez une activité qui n’est pas digne d’un Français de France ! Vous dressez les indigènes contre nous… Vous leur racontez qu’ils sont des hommes comme nous, comme s’ils n’avaient pas déjà assez de prétentions comme cela !… » (Ferdinand Oyono, Une vie de boy).
. « -Maman, maman ! Ma copine m’a traité de sale juive.
- Ah bon ! et toi ?
- Je l’ai appelée Française tout court.
- Tu as bien fait. » (René Bourdet).
. « L’État français tue, il tue même plus d’une personne par mois, qui le sait ? » (Jean-Pierre Fraisse, père de Rémy, discours de Sivens, 2017).
. Tee-shirt Libération : « J’ai honte d’être français et j’en suis fier ».
. « L’indiscipline aveugle et de tous les instants fait la force principale des hommes libres » (Jarry).
.« Jeunes gens, jeunes filles, dès que vous voyez le mot FRONTIÈRE, fuyez » (poète futuriste Klebnikov).
.« La France, pays créateur des Droits de l’Homme, démontre qu’ils ne profitent qu’à ceux qui s’en moquent ».
. Quand on me demande si ça va.
Je réponds : « Je serais mieux ailleurs. »
.« La patrie d’un homme qui peut choisir, c’est où viennent les plus vastes nuages » a écrit Malraux.
.« C’est la fin du discours ; comme une orange abîmée lancée très fort contre un mur par un gamin mal élevé, la MARSEILLAISE éclate et tous les spectateurs éclaboussés par le vert-de-gris et les cuivres, se dressent congestionnés, ivres d’Histoire de France et de Pontet-Canet » (Prévert, Paroles).
. Bobby Holcomb se bat pour une Polynésie réunie et indépendante, son passeport américain témoigne de son opposition aux essais nucléaires de Mururoa ; jusqu’au bout, il refusera la nationalité française.
. Août 2010. M. Besson a estimé que « les cas de déchéance doivent être réservés aux atteintes à l’autorité de l’État, à l’intégrité de la nation ».
2011. Année Fanon, Martiniquais, déchu de la nationalité française pour avoir choisi corps et esprit le camp des colonisés algériens. Mort en 61, il y a 67 ans.
. « Avec mes pieds bots je ne puis être que de cœur parmi les hordes souterraines des enfants blêmes de la nuit qui bientôt piétineront votre sale civilisation. Au moins je joue leur jeu à l’intérieur de la place. Lentement je grignote, comme un million de rats, l’Occident qui me nie et je ne serai pas pour rien dans l’écroulement de ce colosse aux pieds de beurre, à tête de veau » (Gilbert-Lecomte, Monsieur Morphée).
. Je lis : « Votre plainte contre l’État ne peut être retenue attendu que les faits que vous dénoncez ont eu lieu il y a plus de dix ans… »
Parce que vous croyez que les faits évoqués n’ont pas des répercussions et des conséquences qui se font sentir jusqu’à aujourd’hui ? Vous pensez vraiment vous en sortir par un : « Dommage, trop tard, au revoir » ?…

Jean-Baptiste Kiya