Di sak na pou di

2021 : l’année européenne du rail, à La Réunion.

Ary Yée Chong Tchi Kan / 10 février 2021

"L’année européenne du rail" a commencé, depuis, le 1er janvier 2021. De nombreuses initiatives sont prises pour montrer les avantages du rail, comme moyen de transport intelligent, sécurisé et durable.


L’objectif vise à encourager les citoyens européens à utiliser le train pour atteindre la neutralité carbone avant 2050. C’est une directive européenne qui découle de la stratégie en faveur d’une mobilité intelligente et durable. Le tout correspond à l’ambition : "Pacte Vert pour l’Europe". La Réunion, française et européenne, n’est pas dans le coup.

C’est dans ce contexte qu’on mesure l’erreur politique d’avoir abandonné le Tram-train, en 2010. Ce projet, initié sous la mandature de Paul Vergès, était une tentative de corriger l’erreur d’autres politiciens qui avaient supprimé le transport ferroviaire ouvert en 1882, puis démonté les équipements et laissé piller le foncier dédié. Ce tour de l’île ferroviaire réalisé en 4 ans et, dans la foulée, l’ouverture d’un port en eau profonde à la Pointe des Galets, équipaient notre île par deux infrastructures des plus modernes au monde. A l’époque, nous n’avions même pas 200 000 habitants.

En réalité, nous avons des responsables politiques qui ont du mal à appréhender l’avenir. Jugez-donc.

Dans 8 mois, lorsque l’Europe fera son bilan, elle aura reçu la visite de 14 000 trains de marchandises en provenance d’une cinquantaine de villes de Chine. Uniquement pour le mois de janvier 2021, on compte 1 165 trains qui ont fait le trajet pour déposer 109 000 EVP de marchandises. C’est 73% de plus en glissement annuel. En divisant par 30j, cela fait près de 40 trains par jour !

Cet engouement pour le transport ferroviaire de marchandises est irréversible. Il est à comparer avec la situation en 2020. En pleine pandémie, l’Europe a été ravitaillée par 12 400 trains correspondant à un volume de 1,14 milliard d’équivalent vingt pieds. Un réseau de 50 villes européennes en a été bénéficiaire.

En Chine, les responsables politiques ont fait le pari du ferroviaire à long terme. Alors que les avions sont immobilisés, ils peuvent commercer de l’Atlantique au Pacifique, en train. En plus des TGV qui concurrencent l’avion, ils sont rentrés dans l’ère des trains intelligents, sans conducteur où le temps d’attente est très réduit. Si les dirigeants européens continuent à dire du mal des Chinois, ces derniers avancent. Inexorablement.

Pendant ce temps, à La Réunion, réveillons-nous ! "l’Année européenne du rail" va consister à s’apitoyer sur le sort d’une version Numéro 3 d’une route bitumée pour relier 2 points toujours distants de 12 km !

Ary Yée Chong Tchi Kan