Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Chroniques > Di sak na pou di

Actualité de la philosophie (6) : Hans Jonas, le principe responsabilité (1979)

vendredi 6 août 2021, par Radjah Veloupoulé

Hans Jonas, (1903-1993), est un philosophe allemand, qui est célèbre pour avoir développé le présupposé anthropologique suivant : l’homme est doté d’une part, de la connaissance, et d’autre part, de la liberté, c’est-à-dire de la possibilité d’agir de telle ou telle façon, il est responsable de son action, il ne peut s’y dérober.

Le bouleversement qu’il introduit est éthique, puisque la responsabilité est non-réciproque, elle m’oblige à l’égard d’un avenir qui n’existe pas, et auquel je ne demanderai pas de compte. J’ai des devoirs envers les générations futures alors qu’elles n’ont aucun devoir vis-à-vis de moi. Jonas construit son « principe responsabilité » en complément de celui de Kant (voir actualité de la philosophie1). L’impératif moral chez Kant était le suivant : « Agis toujours de telle façon que la maxime de ton action puisse être universelle » (Critique de la raison pratique). C’était une éthique au présent, alors que Jonas s’adresse à l’action future. La révolution est d’ordre aussi politique : « Le nouvel impératif s’adresse plus à la politique publique qu’à la conduite privée ». Les individus seuls sont impuissants à produire des effets concrets et efficaces. La politique devra, si elle veut éviter un suicide planétaire (destruction de la planète) intégrer dans son mode d’action, un temps long, qui est le temps par lequel la nature agit. Cela rend inévitable des décisions politiques d’ampleur, qui ne peuvent procéder que d’une concertation internationale et d’une vision partagée du bien commun.

Aujourd’hui, la responsabilité est présente et future. Que diront nos enfants si nous ne prenons pas la décision de nous vacciner, alors que la pandémie présente toujours plus de variants plus contagieux, et que la jeunesse est elle-même plus exposée qu’auparavant ? Serons-nous responsables de l’inaction présente, qui forcément se répercutera sur les générations futures par ignorance voulue (aveuglement) ou subie (théorie du complot) ? Il existe 11 vaccins obligatoires en France, le seul élément contre celui du Covid est sa précocité, serons-nous suffisamment suspicieux pour tolérer des décès contre la nouveauté scientifique, qui prouve par les statistiques son efficacité ?

Radjah Veloupoulé



Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus