Di sak na pou di

Actualité de la philosophie : Emmanuel Kant ou l’impératif moral

Radjah Veloupoulé / 26 juillet 2021

JPEG - 17.3 ko

« Agis de telle sorte que la maxime de ton action puisse être érigée par ta volonté en une loi universelle. » (Critique de la raison pratique, ed. Folio essais).
Emmanuel Kant (1724-1804) était professeur de philosophie à l’université de Könisberg en Allemagne, et a exercé une grande influence sur Les Lumières puisqu’il est à l’origine de l’impératif moral, fondement de sa philosophie pratique.

De quoi s’agit-il exactement ? La philosophie pratique veut répondre à la question « Que dois-je faire ? », et doit donc déterminer une éthique qualifiée de déontologique, c’est-à-dire qu’elle considère l’action en elle-même et le devoir ou obligation morale, indépendamment de toute circonstance empirique de l’action. Selon Kant, l’acte moral obéit nécessairement à un impératif catégorique (le devoir pour le devoir), et on agit moralement uniquement pour agir moralement, et non pour rechercher un quelconque intérêt personnel.

« Agis de façon telle que tu traites l’humanité, aussi bien dans ta personne que dans la personne de toute autre, toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen ». Par extension, l’intention de l’action morale individuelle, si elle se veut universelle, ne doit pas obéir à une motivation personnelle, mais s’élargir au bien de tous, en dépassant l’égo qui, par définition, se retranche dans son propre petit confort, sans attention au plus grand nombre.

Et si tous les non vaccinés, sans raisons médicales, lisaient ou relisaient Kant ?

Radjah Veloupoulé