Les législatives du 30 juin et du 7 juillet, nous devons toutes et tous nous sentir concerné-e-s

25 juin, par Reynolds Michel

Nous devons toutes et tous nous sentir extrêmement concerné-e-s par ces législatives. L’enjeu est fondamental : nous ne pouvons pas donner notre consentement à n’importe quelle majorité pour gouverner notre pays avec n’importe quel programme.

Ces législatives du 30 juin et du 7 juillet, nous donnent l’occasion d’exercer un pouvoir d’influence de manière individualisée et inconditionnée sur le choix de nos élus à l’Assemblée nationale. C’est le pouvoir que nous confère le droit de vote. A chaque élection, nous nous trouvons — SDF, jeunes en galère, personnes en situation d’handicap, ouvriers, grands patrons… — les uns et les autres, sur un pied d’égalité.
Nous avons, les uns et les autres, le même pouvoir d’influence à chaque votation, comme on dit en Suisse. Mieux, en assurant une égalité d’influence, le droit de vote nous confère aussi une égalité de statut ; il contribue à ce que les citoyens se reconnaissent mutuellement comme des égaux. Ce n’est pas rien !
En prendre conscience — nous invitons les abstentionnistes à cette prise de conscience — peut nous déterminer à exercer notre droit de vote, votre droit de citoyen/électeur, donc à aller voter le 30 juin et le 7 juillet. Voter est une responsabilité à l’égard de tous.
Certes, les élections ne sont pas le tout de la démocratie, mais elles possèdent des vertus essentielles à la démocratie. Et pour l’heure, on n’a rien trouvé de mieux pour désigner les membres d’une assemblée gouvernante que l’élection. Elle assure, comme nous l’avons souligné plus haut, une forme de participation égalitaire, individualisée et accessible sans autre condition que celle d’être citoyen. Elle instaure un espace d’interaction entre gouvernants et gouvernés qui rend possible la contestation et le contrôle par ceux-ci des décisions prises par ceux-là, et la constitution d’une communauté politique.
En nous rendant massivement aux urnes, à l’occasion de ces élections législatives, notre vote peut faire basculer l’élection. C’est dire que les abstentionnistes, qui constituent un réservoir de voix pour les législatives des 30 juin et 7 juillet — dans l’Hexagone, près d’un électeur sur deux n’a pas voté dimanche 9 juin aux Européennes. À La Réunion 73,63 % des électeurs ne se sont pas déplacés — pourraient jouer un rôle crucial en se rendant aux urnes.
Ne sous-estimons pas notre influence. Pour le climat et la solidarité, contre le racisme, le nationalisme ethnique, les injustices et la précarité, allons voter massivement aux législatives du 30 juin et du 7 juillet.

Reynolds Michel, président de l’association Espace pour promouvoir l’interculturel (EPI)

A la Une de l’actuLégislatives 2024

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?