Plaidoyer pour de nouveaux accompagnants parentaux

29 avril, par Frédéric Paulus

Des parents, jeunes ou moins jeunes, peuvent être inquiets, angoissés, voire paniqués à l’idée de mettre au monde un enfant qui n’aurait pas été nécessairement désiré, ou du fait de l’impréparation des seconds à la parentalité.

De nos jours la dimension épigénétique complémentaire de la génétique apparaît scientifiquement probante. Cette branche de la biologie étudie les processus vitaux ô combien subtils et complexes à l’origine de la modification de l’expression des gènes, sans en changer pour autant la séquence ADN. Ainsi un humain angoissé ou stressé restera un humain, mais son homéostasie et sa réalité tant physiologique que psychique en garderont des traces préjudiciables pour sa santé. De cela, nous sommes de plus en plus sûrs ! Nous savons, preuves à l’appui, que les évènements qui adviennent dans nos vies, reconnus comme pathogènes et pouvant être assimilés au « pire », sont susceptibles de nous impacter en induisant un dysfonctionnement de nos gènes. Le « meilleur » nous impactera assurément épigénétiquement favorablement, ce que nous verrons dans un second temps. Nous disons pour l’instant : « Le développement de l’enfant entraîne son développement », slogan à populariser car cette formule rhétorique évoque le « meilleur ». C’est un enfant gai, joyeux, heureux de vivre que nous imaginons.

Nous sommes donc loin d’être unilatéralement déterminés par nos gènes. L’influence de l’environnement résulte tout aussi bien de la qualité des produits de notre alimentation que des joies et du plaisir que nous ressentons à vivre, si tel est le cas. Ceci touche plus généralement notre mode de vie et le désir et les motivations de nos parents de devenir parents et de nous accompagner de façon satisfaisante dans notre développement. Ces dimensions rentrent grandement en ligne de compte dans les influences épigénétiques, essentielles devrions nous dire.
En ce qui me concerne, j’aurai l’occasion de présenter ultérieurement quelques points de repère théorico-pratiques en fonction de ma propre histoire. Ce que je peux déjà dire est que ma mère fut aidée, accompagnée, par une dame de culture algérienne de vingt ans son aînée, elle-même mère de trois enfants. Ce soutien lui fut grandement profitable en tant que jeune femme très vite, trop vite, devenue mère. Pour ma part, la présence de cette dame m’a été comme la présence d’une seconde mère : elle m’appelait « Aïtou » (un petit nom doux) et « oulidi » (mon fils, en arabe).
Du fait des découvertes liées aux dimensions épigénétiques de la vie, nous devons urgemment prendre en compte cette nouvelle réalité biologique influençant dès la conception du bébé son devenir, sans pour autant affoler les populations. Le caractère essentiel de cette dimension devra nécessairement être reconnu et partagé de tous les responsables politiques, nous pensons prioritairement aux équipes municipales et cadres administratifs, aux dirigeants des CAF et de leurs Conseils d’Administration, en espérant également un engagement décentralisé des Conseils Départementaux pour un soutien en direction des Communes. Et ce, espérant l’absence de compétition entre les collectivités publiques.

Des Parents Relais Citoyens

Les nouveaux accompagnants des futurs et jeunes parents, le CEVOI à La Réunion et en métropole le CEVE (Centre d’Etudes du Vivant Europe), préconisent et encouragent la possibilité de l’émergence de PARENTS RELAIS CITOYENS qui accompagneraient, à terme et avec le soutien à distance de psychologues, ces futurs et jeunes parents. Et ce, dans leur prise de conscience d’une façon d’agir, de penser et d’être renouvelée en fonction d’une reconnaissance des découvertes épigénétiques des besoins des bébés et des jeunes enfants ; au plus près de perceptions « subjectives-objectives » ressenties et éprouvées.
Un rappel à un passé récent : Des « Écoles des parents » furent créés dans l’après-guerre, en 1945 — et même à la Réunion. Y fut sécrété, on peut le regretter, une idéologie teintée de moralisme, ou encore de christianisme, dans d’autres lieux d’islamisme ou encore de bouddhisme… Le concept d’une « école » impliquant des « sachants » est donc potentiellement un piège, car ces « sachants » pourraient s’ériger en modèle ou en référent.

Avec le CEVOI, grâce au concours des CAF, nous nous efforçons de promouvoir l’idée de « Parents Relais Citoyens » qui fonctionnent en groupe de paroles relativement libres, tout en questionnant les sciences du vivant, par notre intermédiaire. Ces groupes peuvent faire ressentir aux participants réunissant de jeunes parents une logique vitale et perceptive en rapport avec les enfants, absents mais bien présents dans l’esprit de tous. Cette réactivation perceptive sensualiste (fondée sur les sensations) remonterait, selon cette logique, à l’époque d’avant Homo loquens. Car depuis, l’hégémonie du langage parlé des idéologues peut s’être emparée de « discours » (voir les travaux de Derek Bickerton « La Langue d’Adam, (2010), comme disent les Réunionnais et comme le disait fort bien Henri Laborit : « Le langage est un formidable outil pour dominer les autres ».

La nuit porte conseil

La nuit, et c’est heureux ! Avec le sommeil et les rêves, cette disposition naturelle échappant à notre conscience, prodigieusement intelligente, compléterait ce réajustement perceptif selon cette idée certainement très ancienne : « La nuit porte conseil ».

Une méthodologie et une éthique adaptées inspirées des travaux du sociologie Rudolf Rezsohazy (1929-2019) et de nos travaux s’en dégagent. Voir :
https://parallelesud.com/introspections-creatives-en-groupe-et-libre-arbitre-des-futurs-et-jeunes-parents/
A La Réunion, pour commencer, nous suggérons une popularisation expérimentale de la thématique de la Santé dès la conception de l’enfant, pour que celle-ci soit partagée par le plus grand nombre de concitoyens. Nous affirmons que cette démocratisation n’est pas de l’ordre d’une compétence de professionnels de la santé ou de la maladie. Elle concerne au contraire notre rapport individuel et collectif à la vie et à la citoyenneté, sollicitant nos intelligences inconscientes lors de groupes de parole. Souvent, celles-ci se manifestent ainsi : « Soudain je me rends compte de ».

Paulus Frédéric Psychologue — Psychothérapeute
Président du CEVE, Centre d’Etudes du Vivant Europe
Expert Extérieur Haut Conseil de Santé Publique

Réf :
Grigorieff Ghéorghiï, L’épigénétique, Agissez sur vos gènes pour vivre en meilleure santé, Ed Eyrolles, 2022.
Lemétayer Fabienne, Trousselard Marion et Tarquinio Cyril, Epigénétique et santé psychologique, Fondements, processus et thérapies, Dunod, 2024.
Mansuy Isabelle, Reprenez le contrôle de vos gènes, Larousse, 2019.
Madame Mansuy est venue animer une conférence en 2018. Elle fut sollicitée par des militants associatifs qui se questionnaient pour savoir si les Réunionnais étaient susceptibles de subir encore de nos jours des séquelles épigénétiques des violences de l’esclavage.
Rezsohazy Rudolf, Emergence des valeurs communes aux Européens à travers l’histoire, L’Harmattan, 2012.
Tarquinio Cyril, Les maladies ne tombent peut-être pas du ciel, Ed Poche, Dunod, 2022.

A la Une de l’actu

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?