Justin la lir lo sirkilèr Pierre Messmer

Wala koman sa l’ariv konmsa dann Kanaki-Nouvel kalédoni

29 mé, sanm Justin

L’ané 1972, Pompidou lé Prézidan la Répiblik ; Pierre Messmer proemyé miniss-lo 19 zilyé 1972 li ékri lo sokrétèr d’éta bann dom-tom.

« La Nouvelle-Calédonie, colonie de peuplement, bien que vouée à la bigarrure multi-raciale, est probablement le dernier territoire tropical non indépendant au monde où un pays développé puisse faire émigrer ses ressortissants. »

Ala koman in franssé i parl la Kalédonie — demoune lé pa rassist an Franss. Bann kanak l’ariv dann lo péi dopi 3200 zané — bann kaldosh la komanss ariv lané 1853. Bann sak la suiv lordonans Pierre Messmer l’ariv dopi la fin vintyème syèk. Sé dir bann kanak sé bann promyé okipan.

« Il faut donc saisir cette chance ultime de créer un pays francophone supplémentaire. La présence française en Calédonie ne peut être menacée, sauf guerre mondiale, que par une revendication nationaliste des populations autochtones appuyées par quelques alliés éventuels dans d’autres communautés ethniques venant du Pacifique. »

La prézanss bann franssé i pé ète ménassé par in rovandikassion nassyoliss bann zokipan otoktone

« À court et moyen terme, l’immigration massive de citoyens français métropolitains ou originaires des départements d’outre-mer (Réunion) devrait permettre d’éviter ce danger en maintenant et en améliorant le rapport numérique des communautés. »

Pou anparé i fo in limigrassion massive bann sitoiyin franssé-métro sansa bann moune i sorte dann DOM (La Réunion — ékri dan lo tèks) pou évite lo danzé d’in révolission nassyonaliss.

« À long terme, la revendication nationaliste autochtone ne sera évitée que si les communautés non originaires du Pacifique représentent une masse démographique majoritaire. Il va de soi qu’on n’obtiendra aucun effet démographique à long terme sans immigration systématique de femmes et d’enfants. »

Pou in l’imigrassion massiv bann non-orizinèr lo passifik i fo galman bonpé fanm épi zanfan pouin lékilib démografik dsi lo lon tèrm. Donk i fo bann zimigran fanm i okipe bann zanploi dann bann zantropriz privé.

« Afin de corriger le déséquilibre des sexes dans la population non autochtone, il conviendrait sans doute de faire réserver des emplois aux immigrants dans les entreprises privées. Le principe idéal serait que tout emploi pouvant être occupé par une femme soit réservé aux femmes (secrétariat, commerce, mécanographie).
Sans qu’il soit besoin de textes, l’administration peut y veiller. Les conditions sont réunies pour que la Calédonie soit dans vingt ans un petit territoire français prospère comparable au Luxembourg et représentant évidemment, dans le vide du Pacifique, bien plus que le Luxembourg en Europe.
Le succès de cette entreprise indispensable au maintien de positions françaises à l’Est de Suez dépend, entre autres conditions, de notre aptitude à réussir enfin, après tant d’échecs dans notre Histoire, une opération de peuplement »

I fo roefléshi la dsi, é sa lé vré pou toute péi l’outre-mer. Lé pétète valab pou nou ossi — in gran ranplasman lé touzour possib ?

Justin

PadportKanaky Nouvelle-Calédonie

Signaler un contenu

Inn modékri, inn ti lavi, inn komantèr ?