Di sak na pou di

Bœuf péi : précaution, tout simplement

Courrier des lecteurs de Témoignages / 8 septembre 2018

JPEG - 17.3 ko

Ne vous étonnez pas, vendeurs de viande bovine réunionnaise, que les Réunionnais ne veulent plus consommer de bœuf péi. Quel papa, quelle maman ne serait pas inquiète pour la santé de ses enfants ? Alors oui, cela fait mal au cœur de freiner ou même de détruire toute une filière agricole locale dans une région du Monde qui a tant de mal à nourrir ses habitats des fruits de sa propre terre. Mais, à qui la faute ?
C’est vrai aussi que pour bien faire (comme dans beaucoup de domaines), il faudrait repartir à zéro. Personne n’est parfait et l’humanité tout entière (la moitié au moins) est coupable de nombreuses dérives. Dans beaucoup de domaines, la responsabilité est collective car, de près ou de loin, cette moitié au moins, a adhéré à un système beaucoup trop prédateur. Pourquoi ? Tout simplement car nous pensions probablement que ce système était dans la nature des choses. Tout s’est passé pour nous comme pour le lion qui n’a aucune envie de devenir gazelle ou l’héritier qui n’a aucune envie de laisser sa place au déshérité.
C’est probablement le destin de l’humanité et je ne vois pas trop (sauf miracle) comment changer de paradigme. Dans notre microcosme réunionnais, à l’histoire humaine parfaitement connue, il en va tout autrement. Nous ne savons peut-être pas qui a eu l’idée saugrenue de planter des platanes sous les tropiques mais nous savons qui a interdit de faire passer la route du littoral au-dessus de la falaise, ce qui a entrainé la mort de plusieurs automobilistes et la construction à grand frais d’une route en mer. Nous savons aussi qui a importé à La Réunion des animaux inadaptés au climat local. Nous savons que ces bovins ont été achetés à vil prix car déjà malades (il n’y a pas de petits profits). Nous savons que s’est constitué autour de cette filière, une sorte de monopole qui impose aujourd’hui sa loi à tous les éleveurs de bovins de La Réunion. Nous avons que cette affaire rapporte gros. Nous savons que le bœuf pei porte bien mal son nom. Ces animaux venus d’ailleurs ne consomment pas le végétal pei. C’est tout bénéfice pour le dit monopole qui importe à grand frais et revend fort cher des aliments importés. Nous savons également que pour masquer leur turpitude, ces hommes d’affaire vendent des aliments bourrés d’antibiotiques. N’éradiquons surtout pas le cancer des bovins qui fragilise les animaux, notre source confortable de revenus serait, du même coup, tarie. Voilà la vraie raison pour laquelle La Réunion est la seule région européenne qui refuse d’appliquer la loi. Et c’est vrai que cette loi obligerait d’abattre 90% de nos bovins péi.
Nous savons qui sont les responsables de cette catastrophe économique (pour les éleveurs), sociale et sanitaire pour tous les Réunionnais.
Et, il semblerait qu’à plus haut niveau, les responsables politico-économiques préfèrent la santé économique de ce petit monopole péi à la santé des Réunionnais et de leurs enfants.
L’histoire jugera.
 
Robin Desforest