Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Chroniques > Di sak na pou di

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 08 DECEMBRE 2020 AÛM

Communiqué de la fédération Tamoul de la Réunion

mercredi 9 décembre 2020, par David Gauvin


Le pandjângam ou almanach hindou rythme quotidiennement la vie religieuse hindoue
pratiquée par les tamouls. Nous sommes à la veille d’une intense période de carême ponctuée notamment par la timidi (marche sur le feu) qui se déroulera dans bon nombre de kôyil (temple) de toute l’île.


Nos ancêtres engagés n’ont cessé de clôturer leur dure période de coupe cannes par cet acte de foi, remerciant dame Nature de leurs avoir permis de faire de bonnes récoltes et leurs permettant d’entrevoir des horizons meilleurs.
Cette tavam (austérité) ponctue en fait 18 jours de bhakti (dévotion), d’intenses prières, d’enseignement, d’offrande de Soi, de partage, permettant ainsi au dévot de revivre une page importante de l’épopée millénaire le Mahâ Bhârata localement Maga Barldon, source inépuisable d’enseignements.

La crise sanitaire que nous traversons depuis février dernier avec son corollaire de mesures sanitaires à respecter, a obligé tous les temples hindous à adapter leur pratique rituelle.

Sachant que l’espace public est réglementé, que depuis des mois toute procession extérieure est interdite, nous demandons aux responsables des lieux de culte de poursuivre leurs efforts et d’organiser à l’interne des kôyils toute cérémonie et autre acte de foi.

L’accueil des fidèles doit se faire de manière à respecter les protocoles sanitaires émis par les autorités publiques (dispositif de nettoyage des mains, port du masque obligatoire, distanciation, sens de circulation avec entrée et sortie différenciée etc.)
La Fédération Tamoule de La Réunion souhaite que tout lieu de culte hindou puisse, dans ce contexte particulier, accueillir les dévots en les guidant dans leur quête spirituelle.

A la veille d’intenses moments de dévotion, Prions donc sereinement pour que la Réunion puisse franchir ces obstacles et que l’année 2021 soit placée sous de meilleurs auspices.

Pour le Conseil d’Administration,
Jean Luc Amaravady



Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus