Di sak na pou di

Conquête de l’espace ou reconquête de la Terre ?

François Maugis / 7 juillet 2018

(suite au dîner-débat Maugis-Pignolet du 4 juillet à Ste Anne)

JPEG - 17.3 ko

Vous ne le savez peut-être pas mais l’humanité, la race, l’espèce humaine, est menacée. Les rares humains qui y pensent et s’en préoccupent (écologistes, humanistes, etc.), sont débordés. Assaillis par mille problèmes, mille avis différents, mille décisions à prendre, ils se noient dans la confusion et dans d’impossibles choix. Cela n’avance pas et fait dire à la majorité de la population : « C’est comme ça, c’est notre destin, on y peut rien, on ne va pas changer le Monde, etc. ».

Mais, amis terriens, citoyens du Monde et les autres, quelle honte ! Quel mépris de la vie et surtout, quel mépris de notre espèce. Quel mépris pour nos propres enfants et les générations futures. De quelle planète, de quelle situation vont-ils hériter ? Certains abrutis nous disent : « Après moi le déluge » mais ce n’est pas et de loin, la position de la très grande majorité des humains qui entourent leurs enfants d’amour et de toutes les attentions possibles. Alors, que faire ? Ce qui est ahurissant c’est que l’intelligence humaine a déjà résolu des problèmes aussi graves, aussi important, aussi complexes que, redresser la situation d’une grande entreprise en péril, organiser une guerre mondiale pour la gagner, ou réussir l’envoi de terriens sur la Lune. De ces mille aventures humaines, nous avons tiré des enseignements, des leçons. Par ailleurs, les outils performants d’aide à la décision que nous avons conçu et développés (calculateurs puissants, informatique, prospective, réseau mondial de communication, etc.) augmentent encore notre pouvoir, notre capacité de gestion, de management, d’organisation. Alors que nos ordinateurs les plus puissants sont capables de gérer des millions de milliards d’informations [1], nous ne serions pas capables de gérer intelligemment et équitablement, les malheureux 7 milliards d’habitants de notre propre maison ? Est-ce de l’aveuglement, de la mauvaise volonté ou, plus grave, une intention de nuire ?

Pour tout vous dire, mon sentiment profond est que sur ces 7 milliards, il y en a au moins 3 qui ont quasiment tout ce qu’il leur faut pour vivre plus qu’agréablement et 3 autres qui n’ont rien ou pas grand-chose (on parle même de plus d’un milliard de sous alimentés, menacés de famine ou mourant de faim). Ne cherchez pas plus loin. Le mal-être et les tensions du Monde n’ont pas d’autres origines. De plus et très dramatiquement, les inégalités s’accroissent et ces tensions menacent la paix et la stabilité de l’humanité tout entière, y compris le bien-être des plus riches (migrations, terrorisme, etc.). La solution serait, bien entendu, une meilleure répartition des richesses et du travail. Vous êtes convaincus ? Alors, par quel bout commencer ? C’est là que les leçons du passé, le progrès et les fantastiques outils de management que l’humanité a mis au point, peuvent intervenir et sauver la mise. Ce n’est pas mon ami polytechnicien et spécialiste de la gestion de projet, Guy Pignolet, qui me contredira. Alors oui, une piste pour démarrer ce fantastique et nécessaire chantier, doit être tracée. Il s’agira tout d’abord de prévoir, de construire un programme, une épine dorsale, un axe, une orientation qui doit nous permettre de partir de la situation actuelle pour aboutir un jour à la situation souhaitée. Les actions les plus urgentes et les plus importantes seront fatalement définies par ce programme.
C’est une belle idée d’aller dans les étoiles mais notre ami Pignolet s’apercevra que ce n’est peut-être pas la priorité. A sa décharge, je dirais que, voir notre planète de loin, prendre du recul, fera probablement partie de ce programme de reconstruction. Et pour cela, quoi de mieux qu’un petit voyage autour de la Terre et surtout, quel fantastique outil que le satellite pour observer la santé de Gaïa et corriger les erreurs des hommes !

François-Michel Maugis – La Réunion
Économiste, écrivain et philosophe

[1La puissance du plus gros supercalculateur du Monde est de de 93 pétaflops par seconde, soit 93 millions de milliards d’opérations par seconde (SOURCE : https://www.20minutes.fr/high-tech/1869627-20160620-supercalculateurs-ordinateur-plus-puissant-monde-100-chinois).