Di sak na pou di

Coronavirus : Qui s’est donné le droit de tous nous mettre en danger ?

Des médecins déposent plainte contre Édouard Philippe et Agnès Buzyn

Jean / 20 mars 2020

S’il faut croire Mme Buzyn, depuis fin janvier, tous les responsables de l’État savaient le danger d’une épidémie due au Covid-19 et l’aurait occulté sur ordre du pouvoir central. Peut-on croire qu’à La Réunion, les responsables n’en auraient rien su ?

JPEG - 103.4 ko

Mais, aujourd’hui, tout le monde sait. L’ennemi est à nos portes et nous devons le contenir.
Ainsi, on est verbalisé si on est dans l’espace public sans un motif dont le caractère sérieux est avéré.

Par contre on peut toujours arriver à La Réunion par avion sans le moindre contrôle médical à l’accueil.
Pire, il suffit qu’on déclare : « je vais me confiner chez moi » pour qu’on vous laisse partir tranquillement… le chauffeur du bus, du taxi, de la voiture amie venue vous accueillir et vous conduire chez vous comment seront-ils protégés durant tout le trajet ? Nul ne s’en soucie.

Pourquoi ne pas placer les arrivants en quarantaine ? N’est-il pas plus intelligent de placer tout nouvel arrivant en quarantaine plutôt que de faire courir le risque de contagion à l’entourage de chaque nouvel arrivant ? Pour un arrivant non placé en quarantaine on fait courir le risque d’une contamination à une dizaine de personnes. Et là, d’un coup d’un seul, ceux qui nous exhortent sans cesse à être responsables, à ne pas compliquer la tâche des personnels soignants, à respecter les consignes et autres gestes barrières, sont — dans les faits — les plus négligents propagateurs du covid-19.

On résume : habitant Saint-Louis, je sors faire mon jogging à l’Étang-Salé c’est-à-dire à bien plus de 500 m de mon domicile : 135 euros de contravention. Rien à dire, c’est la loi.
Je débarque à Gillot en provenance d’un foyer épidémique. Suis-je où non contaminé ? Nul ne le sait, moi le premier. Va-t-on me tester comme cela s’est fait systématiquement en Chine, en Corée, etc ? Non.
Va-t-on me placer en quarantaine ? Non.
Va-t-on me faire subir une visite médicale approfondie ? Non. Va-t-on — au minimum — m’équiper d’un masque ? Non.

Ah ! J’ai failli oublier la mesure de protection la plus importante, cette question. : « Vous engagez-vous à vous placer de vous-même en quarantaine à votre domicile ? ». Et qui, au retour de onze heures d’avion et ne sachant pas s’il est porteur du virus, répondrait “Non” ? Personne, mais, sur le trajet du retour, je vais m’arrêter — juste un instant — à la boulangerie, puis — juste un instant — à la supérette (chez moi, le frigo est vide et les restos fermés), puis. — juste un instant — chez maman juste pour prendre des nouvelles… et, si je suis infecté sans en avoir encore conscience, de — juste un instant — en — juste un instant—, une vingtaine de personnes auront ainsi été mises en danger du fait de la désinvolture des pouvoirs publics verbalisant un jogger isolé (c’est la loi) mais laissent « courir dans la nature » plus d’une centaine de personnes potentiellement porteuses du covid-19, sur la base d’un engagement non contraignant.

Qui peut accepter une telle incohérence ? Qui pourrait admettre une telle irresponsabilité ? Qui peut ainsi se donner le droit de tous nous mettre en danger d’être malade jusqu’à en mourir parfois ?

Jean

Coronavirus : Des médecins déposent plainte contre Édouard Philippe et Agnès Buzyn

Trois médecins représentants d’un collectif de soignants ont déposé plainte contre le Premier ministre Édouard Philippe et l’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn. Ils les accusent de s’être volontairement abstenus de prendre à temps les mesures pour enrayer l’épidémie de coronavirus en France.
La plainte de ces trois médecins a été envoyée ce jeudi à la commission des requêtes de la Cour de justice de la République (CJR), la seule instance habilitée en France à juger des actes commis par des membres du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions explique Le Parisien.