Di sak na pou di

Covid 19, il n’y a pas de miracle !

Paul Dennemont / 8 septembre 2021

JPEG - 33.5 ko

Ouf, ça y est ! Depuis ce lundi 6 septembre, vaccinés ou pas, nous pouvons donc nous déplacer en semaine sans condition aucune, tout en respectant cependant le couvre feu repoussé à 21 heures. Rotroman di, mi pé astèr grinp dan lé o, san lankilatwar, kom mi pé osi shap dan lé ba, otank mi vé ! Durant le week-end, par contre, les déplacements sont autorisés dans un rayon de 10 km du domicile, et le couvre feu maintenu à 19 Heures. !

Ainsi en a décidé le Préfet, après le fléchissement progressif de la courbe épidémique. La situation s’améliore donc et c’est rassurant. Mais ne nous réjouissons pas trop vite et surtout gare au relâchement. « La situation doit rester sous surveillance » a insisté le Préfet. En effet, nous ne sommes pas à l’abri d’un regain épidémique. Pour l’heure, la tendance à la décrue est bien réelle et confirmée par les derniers chiffres communiqués ce mardi par les Autorités Sanitaires.

Cela étant, il n’y a pas de miracle derrière cela. Le recul de l’épidémie n’est pas l’œuvre ou une quelconque grâce du Saint-Esprit, mais bien les effets des mesures restrictives décidées par les autorités préfectorales – mais plus précisément des efforts consentis par cette masse de gens dont ces 450 mille idiots de vaccinés constituant cette « grande majorité silencieuse » de notre pays – privilégiant l’intérêt général – et qui ont permis, peut-être, à la Réunion de ne pas vivre « l’horreur » que vivent les Antilles.

S’agissant de la Nouvelle Calédonie citée souvent comme un modèle de gestion de crise covid, outre un confinement strict qui a débuté ce mardi pour la 3e fois, et pour 3 cas de coronavirus, les autorités locales (le Congrès) ont adopté à l’unanimité le 3 septembre, la vaccination obligatoire pour tous les majeurs du territoire !
Et ce n’est pas faire injure à quiconque de penser que le « Congrès » et le « Gouvernement de la Réunion » ne verront jamais le jour ou alors quand mon coq aura des dents.

Paul Dennemont