Di sak na pou di

Do ri in vré bon lidé pou nou issi La Rényon par lo tan k’i kour...

Promyé morso

Georges Gauvin / 29 désanm 2020


Mézami, mi sort rod in pé dsi l’internet nout zoinal témoignages é sak mwin la trouvé kan mwin la tape dsi mon klavyé « culture du riz à La Réunion » la pa étone amwin mé la konfirm amwin dann sak mwin téi dovine a popré :la plantasyon do ri sa in vré bon lidé pou parti kominis rényoné épi pou Témoignages. Pars mwin la trouv in pé pliss san lartik dann Témoignages dsi plantaz dori, san konté sak Justin la ékrir an kréol rényoné.

Néna déza kék zané mwin té apré ékout in moun inportan issi La Rényon, i apèl Paul Hoareau, in lansien diréktèr zoinal lo progré , in moun partizan la kopérasyon avèk bannzil loséan indien dann in ansanm li apèl l’Indianocéanie. Li té apré koz dsi lo ri épi li la di-si mi tronp pa- kan Fidèl Castro la konète issi ni manz dori, mé ni plant pa séréal-la li noré di sar difisil pou nou libèr anou. Mwin la pa parti pli loin, mé dopi zour-la mi domann amwin pou kossa Parti kominis Rényoné néna an poinnvizé lo plantaz dori é bien sir Témoignages i anparl sa shak foi li néna lokazyon.

Lo ri, i fo ni mète bien sa dann nout tète, sé lo séréal lo pli planté épi lo pli konsomé dsi la tèr.I paré 60% demoun dsi la tèr i manz dori-mèm sak i plant pa, sansa i plant trépé. Shak rényoné i manz an moiyène Sinkant (50) kilo d’ri shak ané ; konm nou lépliss uisanmil rényoné i fo kont karant mil tone dori mèm in pé pliss :zot i oi sa i fé in ta avèk in paké.

Pou kossa ni plant pa dori an kantité sifizante pou nou ?

Mwin lé sir é sèrtin in pé va di sé pars kann i pran tout la bone tèr épi i lèss pa arien pou lo ri, mé malorozman sa lé pa vré.Lésir ké lo lantaz kann sé zordi la moityé bann tèr kiltivab issi La Rényon.Donk la moityé, pa la totalité, épi néna ankor 7000 ha la tèr lé an frish issi donk néna moiyin pou moiyéné zot i panss spa ?

Mi pans néna ankor in pé i doi dir, sète mil éktar la tèr,sa la p’assé pou donn dori nout popilasyon !sa lé fo sa, pars si zot i rogard bien sète mil éktar lé pliské sifizan pou produi dori pou tout rényoné. Alon oir in pti kalkil :d’apré in partizan la kiltir dori, in plantèr Ste Anne i apèl Bègue i plant dori dopi bann zané katrovin a popré, 200 mète karé plin shan néna assé pou nouri in famiy kat pèrsone.Donk in éktar l’assé pou donn dori sinkant famiy.Miléktar sinkant mil famiyé dé mil éktar san mil famiy. Askiz mon kalkil gro doi, mé ni pé di san égzazéré La Rényon i pé produi an bio, san l’angré shimik épi san zisnsèktisid shimik galman lo prinsipal son konsomasyon. Lo rès s i pé z’ète régla par bann zéshanj avèk d’ot péi

(la pakor fini-a suiv)



Inn modékri, inn ti lavi, inn komantèr ?

Signaler un abus



Bann modékri andann forom






  • En 1983 ou 1984 j’ai fait parvenir à témoignages une petite étude qui démontrait l’intérêt de cultiver du riz à la Réunion . A l’époque la Réunion importait déjà plus de 70000 tonnes de riz par an . Comme les meilleurs rendement des plantations de riz de montagne pouvaient nous permettre à cette époque environ 6 tonnes à l’ha et que le climat de la Réunion nous permettaient d’envisager deux récoltes par an je proposais d’affecter environ 6000ha à la culture du riz et de conserver les meilleures terres à la culture de la canne à sucre .

    C’était une bonne idée car les rendement à l’ha des cultures du riz n’ont cessé d’augmenter depuis . Récemment les chinois ont annoncé avoir mis au point une variété de riz qui pourrait produire jusqu’à 18 tonnes par récolte à l’ha Si bien qu’avec 6000 ha de plantation nous serions capable avec cette variété non seulement de satisfaire tous nos besoins mais également d’exporter notre production vers les marchés européens qui s’approvisionnent essentiellement en Asie . Et comme les produits agricoles de l’union européenne peuvent bénéficier de prix garantis pour les protéger de la concurrence extérieure , les planteurs de Riz auraient été assurés comme les producteurs de canne d’avoir un revenu garanti .

    Si actuellement le sucre de canne ne bénéficie plus d’une garantie aussi intéressante qu’en 1984 compte tenu de l’évolution du marché international du sucre qui n’a pas cessé de chuter depuis quelques années , ce n’est pas le cas pour le marché du riz où les prix sont encore élevés . Il y a des zones européennes qui sont spécialisées dans la production de riz , c’est le cas de la Camargue en France et des plaines du Pau en Italie . I’Île de la Réunion aurait pu devenir également une zone productrice de Riz . Certains agriculteurs des hauts de Saint Paul ont consacré une partie de leur terres à la production du ruz de montagne mais ils étaient livrés à eux mêmes et n’ont pas été soutenus par les pouvoirs publics si bien que leur tentative de lancer une véritable culture du riz à la Réunion a échoué . Actuellement il y a encore certainement quelques agriculteurs qui produisent un peu de riz pour leur besoin personnel mais l’idée de transformer la Réunion en productrice de riz n’a pu se développer .

    Cependant, je pense qu’il n’est pas trop tard pour relancer cette idée de faire de la Réunion une productrice de riz .Même si les habitudes alimentaires des réunionnais ont tendance à s’aligner sur les habitudes nationales la consommation de riz est encore assez élevée à la Réunion pour justifier une relance sérieuse de la plantation de riz surtout si l’union européenne maintient le riz parmi les produits agricoles protégés. Les planteurs de cannes qui ne bénéficieront plus bientôt ni de quotas de production ni de prix garanti trouveront dans la culture de riz une issue à leurs malheurs et une chance de pouvoir conserver un revenu honorable . Comme le riz permet deux récolte et que les surfaces irriguées ont augmenter il sont assurés de pouvoir bénéficier d’au moins une bonne récolte par an . enfin la culture du riz permet également de déboucher sur de ombreux sous produits qui peuvent apporter des revenus complémentaires et permettrait de donner du travail à beaucoup plus de monde .que la culture de la canne.

    Mais bien entendu pour changer les habitudes séculaires de toute une population il faudrait que les pouvoirs publics locaux et nationaux ou européens s’investissent sérieusement dans l’opération et que quelques gros producteurs de cannes donnent l’exemple .

    Article
    Inn modékri, inn ti lavi, inn komantèr ?






  • Merci pour ces informations que je préssentais, ayant visité le musée Stelle Matutina à St Leu. Le riz est en effet plus important que le sucre pour se nourrir, il n’entraine pas de maladie grave comme le diabète qui lui rend handicapé, aveugle, amputé à long terme et obligé se de piquer le restant de ses jours, bref, pas top dès l’enfance, il faut y penser, en consommer molo molo ! Le riz de Camargue est de bonne qualité, on en produit en plus du bio en installant des canards dans les rizières pour éliminer les mauvaises herbes envahissantes, oubliés les engrais chimiques ! Ainsi, on produit de la qualité et de la viande "péi", les italiens aussi qui, il faut le savoir sont à la fois plus motivés depuis plus longtemps que les français pour mieux manger ,le fameux rizotto par exemple, un régal. Alors, c’est quand que les agriculteurs se lancent ici ? Soutenus par leurs syndicats, et les élus. On ne les entend pas trop à ces sujets, n’est-ce pas ? C’est comme pour le TER péi reliant Ste Rose à St Joseph, c’est pour quand ? Maurice nous a devancé, il y a là bas déjà le tramway, nous nous sommes faits doublés ! La preuve car cela fait plus de 10 ans que l’on en parle à la Réunion, Patientons pendant que la pollution se poursuit, du coup, le réchauffement climatique aussi, hélas et cela va perdurer. Pensons à nos poumons et à ceux de nos enfants, nés ou à naitre en 2021, 22, 23.... Atchoum ! Arthur.

    Article
    Inn modékri, inn ti lavi, inn komantèr ?