Di sak na pou di

Élections régionales, enjeu majeur pour La Réunion

Radjah Veloupoulé / 12 octobre 2020

JPEG - 68 ko

Nous sommes à quelques mois des élections régionales à la Réunion, et le moins que l’on puisse dire, c’est que personne n’en parle. Il est vrai que l’actualité Covid laisse peu de place à une projection dans l’avenir, mais les Réunionnais qui votent ou en âge de voter, ont le droit de savoir quels sont les programmes qui retiendront leur attention, et surtout pouvoir prendre le temps d’étudier et de comparer ce que les forces en présence vont proposer.

Chacun doit être conscient que le temps où une personne emportait les suffrages sur son seul nom est désormais révolu. Outre le fait qu’une liste aux régionales comporte 45 noms, c’est le programme et les orientations de la mandature qui prévalent, car l’électeur averti sait lire, discriminer entre les propositions rationnelles et fantaisistes, et décider quant à la solidité de l’équipe qui revendique leur adhésion.

Les ténors de la politique locale sont déjà en tractations, cependant le débat doit se faire sur la scène publique pour une vision objective des solutions préconisées. Rappelons que le conseil régional gère la politique économique du département, l’éducation à travers les lycées dont il a la charge, la coopération régionale dont l’importance ira croissante dans les années à venir, les transports ferroviaires et maritimes dont l’absurdité du tout-voiture devient asphyxiante (et dire que le tram-train serait déjà opérationnel !), la culture qui soutient l’identité et les créations artistiques réunionnaises, en résumé tous les grands secteurs qui détermineront la trajectoire de notre île jusqu’en 2027.

Si les responsables politiques mettent la priorité sur la participation citoyenne, cela nécessite une large concertation qui doit se faire bien avant la date butoir du début de campagne. Dans le cas de figure classique, le taux d’abstention va encore exploser, et chacun ira de son couplet sur le désintérêt de la population, sans qu’aucune solution ne soit trouvée, sinon un exécutif élu sur à peine la moitié des inscrits. La démocratie s’entretient, se nourrit des discussions, et les médias ont un rôle majeur pour offrir l’antenne à des points de vue contradictoires. Ou alors, le pessimisme ambiant, la morosité galopante, et le nombrilisme cynique, auront encore de beaux jours devant eux.

Radjah Veloupoulé



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • Un "TER péi" de Ste Rose à St Joseph, une autonomie énergétique avec la géothermie enfin, puis le vent, le soleil, la houle. Tout ce qui est déjà sur place, gratuit et inépuisable à notre échelle, puis des téléphériques pour rejoindre les hauts, des navettes maritimes que les touristes apprécieront eux aussi, comme le reste. Sans oublier les produits bio locaux en circuits courts, et le tri des déchets, le recyclage en lieu et place de ses centres d’enfouissement techniques qui ne sont pas adaptés à une protection sérieuse de la planète. Il y a du boulot à faire pour un avenir "vivable" pour nos enfants, nés ou à naître. Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?