Di sak na pou di

En même temps

Marylène Berne / 28 août 2019

JPEG - 17.3 ko

« En même temps », cette expression est le credo du président Macron et de ses partisans en marche. Il faut reconnaitre que c’est parfait pour définir sa politique…… Il tient des grands discours sur l’importance de l’accueil des migrants en Europe, il critique les pays qu’il juge trop tièdes et en même temps des bateaux humanitaires comme l’Open Arms chargés de réfugiés, restent des semaines en mer car la France n’accueille ces populations qu’au compte-gouttes. Il va à Fréjus pour commémorer le débarquement en Provence de nombreux combattants Africains et nous tient des discours lyriques sur le courage de ces braves ..et en même temps il ne fait rien pour rehausser le montant de leurs pensions qui est une misère alors que ces hommes ont risqué leur vie pour sauver la France du nazisme.

Il demande à ses ministres de ne pas partir trop loin en vacances et de faire profil bas et ne proteste pas quand la conseillère du ministre de l’agriculture poste sur facebook avant de prendre l’avion « Martine elle s’en branle de Greta Thunberg » parodiant ainsi les albums enfantins sur Martine. Rappelons que Greta Thunberg est la jeune militante suédoise qui lutte avec la jeunesse contre le réchauffement climatique accentué par l’inertie des politiques. La blague de mauvais gout d’une conseillère ministérielle, jalouse d’une ado qui est plus célèbre qu’elle, et à juste titre, prouve qu’il est de bon ton quand on est LREM de se montrer méprisant et cynique. Les petites phrases de ce genre de E. Macron son encore dans nos mémoires. Comme disait la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye à propos de l’affaire de Rugis, « nous avons conscience que nos concitoyens ne mangent pas du homard tous les jours, bien souvent, c’est plutôt des kebabs. » Il y a en même temps dans notre pays ceux, qui prennent l’avion et ceux qui n’ont pas les moyens de partir du tout, il y a ceux qui dégustent du homard et les derniers de cordée qui peuvent tout juste se payer un kebab. Les députés LREM demandent que la vente d’alcool soit autorisée dans les stades alors que l’alcoolisme est un fléau qui entraine maladies, violences, accidents de la route… et pour justifier cette requête ils parlent d’égalité avec les VIP qui eux sablent le champagne dans leurs salons privés en regardant les matches. Belle égalité, mais c’est en même temps !

Nos armes ont cette particularité extraordinaire de ne pas tuer les civils… c’est ce que proclame madame Parly, ministre des armées, à propos de la guerre au Yemen. La France vend des armes lourdes à l’Arabie Saoudite et aux Emirats Arabes qui les utilisent pour bombarder et tuer les populations yéménites. Malgré des rapports de plusieurs journalistes le gouvernement français dément sans vergogne l’utilisation d’armes françaises dans ce conflit. Enfin, à la réunion du G7, E. Macron s’est présenté comme le grand défenseur de la forêt amazonienne ravagée par des incendies et en même temps son gouvernement a accordé à Total l’autorisation d’entreprendre des travaux de forage dans les eaux guyanaises pour chercher du pétrole avec toutes les incidences de ces chantiers sur la faune, la flore et le milieu naturel... Déclarations sur l’urgence écologique au G7 et permis de polluer au groupe Total en Guyane.

Il y a loin des discours aux actes et c’est une constatation bien déprimantes pour des citoyens qui attendent d’un président autre chose que de la communication.

Marylène Berne