Di sak na pou di

Exil d’enfants réunionnais en Creuse par l’Etat français : Domin, nout famiy i rotourn shé nou ! Bienvenue à zot !

Georges Gauvin / 1er décembre 2020

Yèr matin j’ai été informé par presse de cette nouvelle : une quarantaine d’enfants de La Creuse avec les accompagnants viendront en groupe à La Réunion pour renouer avec le pays. Certains se sont tenus éloignés du pays natal depuis plus de quarante ans, d’autres nous ont déjà rendu visite mais cette fois c’est la première fois qu’ils viennent nous rendre visite sous la houlette de leur association.


Ils ont été au moins 2000 à se faire expédier par la force administrative ou par la ruse à plus de dix milles kilomètres de chez nous ;ils ont été abreuvés de promesses non tenues qui leur ont tété faîtes étant enfants à eux et à leur famille ; Le paradis les attendait dans ce désert français mais au final ce ne fut pas cela ;
Hier soir une dame exilée dans la Creuse disait en sanglotant presque : ils nous ont tout pris, ils ont pris nos familles, nos frères et nos sœurs, ils on pris notre pays, ils on pris notre langue.
Frères et sœurs séparées , on n’en avait cure, enfants exploités qu’à cela ne tienne
mariés de force, épaves vivantes pour certains d’entre eux. Pourvu que le plan de déportation des gouvernements soit suivi d’effet. Pour que l’on fasse du chiffre : du chiffre par la DDASS, du chiffre par le bumidom.
La Réunion avait trop d’enfants pour les bien pensants et i fallait réduire la population par la contraception, par les avortements , par les déportations d’enfants et de jeunes.
On a beaucoup dit, beaucoup écrit sur eux mais la réalité est bien pire que tout cela.

Détak la lang ! démaye lo kèr ! Létan ké ni antan zot parol.
Demain nos compatriotes seront chez nous.a nous de leur réserver un bon accueil. bienvenue frères et soeurs de la grande famille réunionnaise.

Georges Gauvin