Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Chroniques > Di sak na pou di

Face à la « perte d’autonomie » : « co-habitation solidaire »

mardi 14 juin 2022, par Patrice Louaisel

Mesdames, Messieurs les futurs député(e)s
Vous n’ignorez sûrement pas que selon une enquête réunionnaise commandée et publiée par l’ARS, (« gramounes care ») sur 800 patients réunionnais avant même la crise COVID, 46 % de nos gramounes entamaient une dépression, ni qu’il y a en France, chaque année plus de 12 000 décès par chute la nuit (soit 4 fois plus que les accidents de la route). C’est le résultat du dramatique isolement de celles-ci, chez elles, en particulier le soir et la nuit.

Par ailleurs, l’étude insistait sur l’impossibilité financière de continuer à construire, entretenir et donc financer de nouvelles maisons de retraite et autres EHPAD malgré le vieillissement inéluctable et accéléré de la population. Résultat : « Nos gramounes doivent rester chez eux le plus longtemps possible »… Si en journée, auxiliaires de vie, infirmières pallient en partie à leurs besoins primaires, le soir et la nuit existe un vrai problème : celui d’un isolement de tous les dangers !

Pour tenter de résoudre en partie celui-ci, notre association « SOS Gramounes isoles » a mis en place, il y a 8 ans, une action de « co-habitation solidaire », à savoir que toute personne âgée-isolée – disposant d’une chambre meublée libre chez elle peut l’offrir gratuitement à un(e) accompagnant(e) qui en retour de l’accès gratuit à cet hébergement, lui apportera de son côté 2h de conversation en soirée et sa présence sécuritaire de nuit en semaine. Il s’agit donc d’un contrat « gagnant-gagnant » permettant parallèlement à une personne-le plus souvent une dame entre 40 et 65ans de bénéficier gratuitement d’un hébergement et d’aider une famille.

Afin d’aider cet(te) accompagnant(e) bénévole à subvenir à ses principaux besoins, notre association souhaiterait que soit discutée puis votée au parlement le principe d’une indemnité de garde de nuit (par exemple de 600 à 800 €/mois).

Seriez-vous prêt(e) à appuyer notre initiative à l’Assemblée Nationale puis au Sénat ? celle-ci permettant de maintenir nos gramounes chez eux le plus longtemps possible avant de devoir quitter ce à quoi ils tiennent le plus : leur logement et leurs repères. L’octroi d’une indemnité mensuelle permettrait parallèlement à des dames seules de pouvoir vivre décemment et à l’Etat de suppléer en partie à l’impérieuse nécessité de construire de nouvelles structures d’hébergement de type EHPAD aujourd’hui de plus en plus contestées (cf les grands groupes ORPEA (déjà 80 plaintes) et DORIAN (30 plaintes des familles) et le livre du journaliste d’investigation « les fossoyeurs ») sans même parler du scandale des familles d’accueil « marrons »…

Patrice Louaisel
Président de l’association « SOS Gramounes Isolés »



Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Messages

  • Je suis atterrée par une telle proposition ! relayée par Témoignages en plus ! il faudrait rappeler que " garde de nuit" est un véritable emploi : emploi de service à domicile. Comme tel il doit être rémunéré : vous ne défendez plus la classe ouvrière : "un travail =un salaire" ? Cet emploi fait partie de la classification des emplois à domicile et ouvre droit à réduction / crédit d’impôts Par ailleurs si la personne est logée et comme le prévoit le CODE du TRAVAIL ainsi que la convention collective des employés de maison, l’employeur pourra déduire la valeur du logement /des repas du salaire dû (SMIC a minima) voir aussi ce lien :
    https://www.legifrance.gouv.fr/conv_coll/id/KALIARTI000043942400/?idConteneur=KALICONT000044594539&origin=list
    Tant qu’à la Réunion on ne respectera pas les droits des gens qui travaillent et que l’on n’appliquera pas les règles normalement en vigueur en faisant de la solidarité le prétexte pour ne pas rémunérer les gens, voire les exploiter - ce qui est le cas actuellement dans les SAP localement- ... La situation n’évoluera pas !
    BL, inspecteur du travail honoraire

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus