Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Chroniques > Di sak na pou di

FAPT-CGTR : « Politique de l’emploi à la Poste de La Réunion version coloniale »

jeudi 1er juillet 2021

Quand un postier (e) d’origine réunionnaise après de longues années d’exil loin de sa famille, veut rentrer exercer son métier dans son île, c’est un long combat loin d’être gagné qui s’annonce pour lui ! Si son conjoint est lui aussi postier, et que l’un d’eux réussi à avoir un poste à La Réunion, l’autre devra s’armer de patience et de beaucoup de courage pour espérer lui aussi venir un jour peut être rejoindre sa famille.
Ces pratiques ne datent pas d’hier, déjà à l’époque des concours, La Poste avait promis aux fonctionnaires qu’ils ne passeraient que quelques années en métropole et leur a assuré qu’ils rentreraient très vite chez eux. Beaucoup ont dû attendre la retraite !
Mais d’autres, qui ne savent même pas où situer notre île sur une carte n’ont pas ce genre de tracas pour obtenir un poste chez nous.
Il suffit d’avoir de bonnes relations, ou un bon grade.

Quand ces amis de nos dirigeants arrivent, on ne fait pas les choses à moitié :
Un poste est proposé à leur conjoint (cadre le plus souvent). S’il n’y a pas de poste de disponible on en crée un !
Peu importe si de nombreux postiers réunionnais sont dans des viviers d’emploi depuis des mois et désespèrent de voir se libérer ou créer ce même poste pour eux qui ont durement gagné leur place dans un vivier.
Le Kréol, n’est pas prioritaire, il attendra ou finira par perdre sa place dans le vivier, quelle importance pour la Direction Régionale ?
– Le conjoint n’a pas le grade pour être cadre ? On lui en donnera un dans l’avion ! A son arrivée, il fera une immersion ou aura une lettre de mission sur un métier qu’il ne connaît pas et qui finira par devenir son métier !
– Le conjoint du cadre supérieur fraîchement arrivé n’est pas postier ? Ce n’est pas non plus un problème ! Il fera quelques mois d’intérim dans un service en plein changement et on lui attribuera un nouveau poste en CDI.
Nos intérimaires locaux eux, s’engagent à 200 % depuis de nombreuses années et ne voient rien arriver qui pourrait leur permettre de construire leur avenir.

Mais dans notre île, le climat n’est pas forcément agréable partout. Par exemple à Saint-Denis, il pleut souvent, il n’y à pas de beaux paysages, ni de plage pour se détendre après une journée de travail.
Nos dirigeants savent accueillir leurs amis correctement, c’est pourquoi avant même leur arrivée on se met d’accord pour qu’ils exercent dans un bureau avec un cadre agréable, et proche de la plage ! Pieds dans l’eau !
Le postier réunionnais, quand après une longue attente dans un vivier se voit proposer un poste, c’est au minimum à 2 ou 3 heures de route de son domicile ! Il doit sortir de sa zone de confort !
Des enfants en bas âge ? Une situation personnelle ou familiale difficile ? Ça n’intéresse pas la direction de La Poste de La Réunion ! Ici si tu veux travailler à La Poste, tu dois être plus performant qu’ailleurs, et répondre à bien plus d’exigences !

DISCRIMINATION !
- En métropole pour être recruté, un Facteur doit avoir un BEP, à La Réunion il lui faut Le BAC.
- En métropole on recrute les Chargés de Clientèle qui ont le BAC, à La Réunion c’est BAC+2.
- Le Postier réunionnais doit passer des viviers, d’interminables épreuves écrites et orales pour obtenir une promotion.
Les amis de nos dirigeants qui débarquent n’ont pas besoin de toutes ces formalités : des postes leurs sont réservés !

La FAPT CGTR exige :
- A compétence égale embauche locale !
- Un tableau de mutation des originaires de La Réunion qui se trouvent dans l’hexagone !

Jusqu’à quand nou doi laisse faire cette politique colonialiste ?
Nou lé pas plus, nou lé pas moin RESPEKT à nou !
Toutes et tous ENSEMBLE avec la FAPT CGTR !
Pour dire STOP !!! 



Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus