Di sak na pou di

Franchouillard ou citoyen du Monde ?

Témoignages.re / 31 mars 2017

JPEG - 17.3 ko

 

Tels des enfants gâtés, les franchouillards du « toujours plus » n’en n’ont jamais assez. Ils accumulent à s’en rendre malade. Mal dans leur peau, ils vont ensuite se faire soigner en Orient ou chez les gourous du bouddhisme Zen.

Tout a commencé il y a bien longtemps mais, sans remonter à la guerre du feu, l’emballement récent des multiples conflits expansionniste de la France et des autres, doivent nous interpeller.

La guerre du Viet Nam ne leur suffisant pas (ces goinfres), ils se sont adonnés au trafic de piastres. L’ayant perdue, ils ont continué leur boulimie de conquête sans tenir aucun compte des leçons du passé. L’Algérie était terre française, c’est vrai, mais depuis peu, et dans quelles circonstances ! Avec le recul, il est ahurissant de constater le manque de modestie, de bon sens et de clairvoyance des humains. Immanquablement, l’histoire de l’Algérie fait penser à l’interminable conflit d’un autre peuple dépossédé de sa terre, les Palestiniens.

Mais ce qui peut aujourd’hui nous inquiéter le plus, ce sont les conséquences à long terme de cette malsaine propension. « Qui sème le vent récolte la tempête », dit-on. Alors, craignons le pire.

En dehors de l’idée saugrenue de s’emparer de territoires qui ne vous appartiennent pas, il est une autre action aussi déstabilisatrice, c’est celle qui consiste à s’installer avec sa fortune, dans un pays pauvre. Sans ce raccourci de l’histoire, chaque nation suit son cours et se développe à son rythme. Et, dans le respect de chacun, le Monde a toute chance de rester en paix. Mais si vous mettez sous le nez des populations misérables vos ors et votre caviar, il ne faut pas s’étonner de la convoitise de certains. Peut-on dire que cette convoitise est à l’origine du malaise mondial, et même du terrorisme ? Je ne sais. Mais il y a une forte chance qu’elle y ait contribuée. Voilà où nous a mené cette politique expansionniste tous azimut.

Dieu merci, tous les Français ne sont pas franchouillards. Ces Français, un peu plus sages que les autres (et ils sont de plus en plus nombreux), ont compris qu’ils sont aussi citoyens du Monde et que, sous peine de couler, le navire sur lequel sont embarquées toutes les nations, celui-ci doit être dirigé par un minimum de fraternité.

 

François Maugis, économiste