Di sak na pou di

Guyane : notre indifférence coupable

Courrier des lecteurs de Témoignages / 6 avril 2017

JPEG - 17.3 ko

La situation en Guyane me met mal à l’aise car tout se passe comme si cela nous était extérieur et indifférent ; aussi bien pour les Hexagonaux, les Corses, les outre-mer… C’est pas notre problème ! C’est un conflit-litige entre la Guyane, le peuple guyanais qui s’est soulevé massivement si j’en crois les gazettes et l’Etat. Point barre ! Pas de manifestation de solidarité nulle part… pas de déclaration des politiques (à ma connaissance). Rien ! Qu’ils se débrouillent, c’est leur problème, pas le nôtre ! On n’est ni pour le soutien, ni pour la dénonciation. Non, on n’en a rien à faire !

Mais nous, à La Réunion, en est-on aussi sûr ? Notre problème est de même nature me semble-t-il. Mais personne ne bouge… le Journal de l’île (JIR) titre en bas de première page de ce lundi : « la plus longue table de pique-nique du monde » !!!! On en est là ! La Réunion est décidément tombée bien bas, sa conscience anesthésiée par des injections massives d’euros (dont l’essentiel repart vers l’Hexagone pour financer nos importations dont le sort ultime est de nous rendre obèses et producteurs de déchets : quel joli programme !).

Or, si la Guyane dispose d’un levier massif pour faire prospérer ses exigences de reconnaissance et d’égalité réelle (sic) sous la forme de la base spatiale de Kourou indispensable à la France et à l’Europe, voire au-delà, nous, à La Réunion, n’avons pas ce levier et à part la Zone économique exclusive (ZEE) maritime nous n’avons aucune utilité réelle pour la France. Notre éventuelle utilité planétaire (les Pitons-Cirques-Remparts de l’UNESCO et la biodiversité) est dénoncée par les politiques locaux… pour qui l’extension des zones de pique-nique et de déchetteries sont plus importantes…

Mais enfin en attendant on est les champions du monde des tables de pique-nique ! Olé !

Charles Durand du Brûlé
Saint-Denis (La Réunion)