Di sak na pou di

L’Humanité, la voix des nobles causes

Salim Lamrani / 5 mars 2019

JPEG - 69.7 ko

Fondé en 1904 par Jean Jaurès, l’Apôtre de la paix entre les nations, L’Humanité a pris part aux grands combats pour l’émancipation humaine, relayant la voix des opprimés et leur aspiration à une vie décente. Défendant la cause des peuples et des travailleurs, soutenant les luttes indépendantistes et les mouvements de libération nationale, L’Huma a historiquement été en première ligne pour transmettre les revendications des humbles, exploités par les puissances d’argent, et des humiliés, victimes de l’asservissement colonial. Etre le porte-parole des sans-voix, refuser la soumission à l’ordre établi, remettre en cause la légitimité des hiérarchies sociales, s’opposer aux injustices, telle a été la ligne de conduite de ce journal auquel les oubliés s’identifient avec fierté.

L’Humanité s’est toujours fait l’écho des luttes des peuples du Sud dans leur quête de la dignité, notamment en Amérique latine. Symbole de l’aspiration des déshérités à un avenir meilleur, vecteur d’un message universel de lutte pour l’affranchissement, Cuba, assiégée de toutes parts depuis plus d’un demi-siècle pour avoir commis le pêché de placer l’humain au centre de son projet de société et pour avoir procédé à une répartition équitable des richesses nationales, a pu compter sur le journal de Jaurès pour affirmer son droit à choisir sa propre destinée et exprimer sa vérité. L’égalité souveraine entre les Etats, la réciprocité dans les relations internationales et la non-ingérence dans les affaires internes des nations indépendantes ont toujours cimenté le socle des principes auxquels la patrie de José Martí est attachée et que L’Huma a défendu avec constance.

A l’heure actuelle, les puissances d’argent contrôlent les principaux médias, lesquels, loin de remplir leur mission de fournir à l’opinion publique une information complète et non biaisée, préfèrent s’inféoder aux intérêts des grandes fortunes. L’Humanité, de son côté, a toujours eu le courage de faire entendre sa voix indépendante, de se ranger du côté des opprimés, exprimant ainsi sa fidélité aux valeurs de son fondateur. « Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains, aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques ». Telle est la mission de L’Huma, la voix des nobles causes.

Salim Lamrani

Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris IV-Sorbonne, Salim Lamrani est Maître de conférences à l’Université de La Réunion, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis.
Son dernier ouvrage s’intitule Fidel Castro, héros des déshérités, Paris, Editions Estrella, 2016. Préface d’Ignacio Ramonet.

Page Facebook : https://www.facebook.com/SalimLamraniOfficiel