Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Chroniques > Di sak na pou di

La Chambre d’agriculture marchepied pour des « carrières » en politique ? Qui s’occupe de défendre les intérêts de tous les agriculteurs ?

vendredi 29 janvier 2021


A l’approche des cantonales et des régionales, la presse évoque de possibles candidatures. C’est le cas notamment de celle du premier vice-président de la Chambre d’agriculture, cité pour une place de conseiller départemental. Ce dernier occupe déjà un poste de 5e adjoint au maire de Saint-Benoît, et siège au conseil communautaire de la CIREST.


Ce cas n’est pas isolé. D’ores et déjà, plusieurs élus de la Chambre d’agriculture cumulent avec au moins un mandat politique. Sachant que les journées ne font que 24 heures, comment est-il possible de travailler efficacement à la Chambre d’agriculture, tout en ayant des comptes à rendre à la population ?

L’élection à la Chambre d’agriculture n’est-elle pas utilisée comme un marchepied pour se faire connaître afin d’être candidat à des mandats politiques bien plus rémunérateurs que le métier d’agriculteur ?
Les agriculteurs qui ont voté aux dernières élections de la Chambre ne peuvent-ils pas légitimement se sentir trompé ?

En effet, à en croire les promesses faites durant la campagne, les candidats s’engageaient à se consacrer pleinement aux agriculteurs. Un an plus tard, les municipales de 2020 ont révélé la tromperie. Les cantonales et les régionales prévues cette année pourraient donner une idée de la mascarade.

Cette course à des postes, et aux indemnités qui vont avec, est un véritable mépris pour toute la profession ainsi qu’à l’encontre des pouvoirs publics qui subventionnent l’institution consulaire. Elle discrédite la seule institution élue par tous les agriculteurs et qui a pour mission de s’en occuper.

Les défis de l’agriculture réunionnaise sont immenses et immédiats. Un seul exemple : alors que la négociation de la prochaine Convention canne nécessite une mobilisation de tous les instants des planteurs, des élus de la Chambre d’agriculture seront-ils pris en flagrant délit de campagne électorale pour défendre leurs propres intérêts, ou ceux de leurs amis politiques ?

Les prochaines élections des commissions mixtes d’usine donneront la possibilité aux planteurs de sanctionner ce genre de comportement.

Collectif des agriculteurs de l’Est



Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus