Di sak na pou di

La Femme, accessoire d’un homme en perdition ?

Ary Yée Chong Tchi Kan / 16 juin 2020

JPEG - 86.9 ko
Ericka Bareigts et Nassimah Dindar.

Le 2e tour des Municipales aura lieu le 28 juin. C’est le gouvernement qui a décidé ce scrutin 3 mois et demi après le premier tour qui s’est tenu le 15 mars. Pour Saint-Denis, les résultats ont été les suivants : Ericka Bareigts 43 %, Didier Robert 25 % et Nassimah Dindar 13 %. Les listes qui ont eu moins de 5 % ne peuvent pas fusionner. Celle conduite par Vanessa Pignolet 7,5 % pouvait encore le faire. Pour ce 2e tour, Nassimah Dindar a décidé de fusionner avec celle de Ericka Bareigts au lieu de répondre aux avances de Didier Robert qui n’a pas du tout apprécié. L’homme en a profité pour répandre sa frustration et dire sa haine. Alors, nature ou contre-nature ?

Didier Robert avait fait des propositions non seulement à Nassimah Dindar mais aussi à Vanessa Pignolet. Les médias qui le soutiennent ont même publié force détails. Il promettait publiquement monts et merveilles à ses interlocutrices. Il distribuait des avantages qu’il n’avait pas encore. Pourtant le code électoral condamne à des peines d’inéligibilité « quiconque, par des promesses, dons et libéralités » aura tenté d’influencer les voix des électeurs : Art L 106. Fallait-il participer à cette tentative de détournement de l’électorat ?

Didier Robert est totalement responsable de ce qui lui arrive. Il a largement utilisé son titre et fonction de Président de Conseil Régional pour tenter de ravir la première place à Saint-Denis. C’est la population dionysienne qui a rejeté sa proposition alléchante. Avec 18 points derrière Ericka, c’est très clair. Mais têtu, il comptait sur le ralliement d’une femme pour humilier la population.

Si la femme avait accepté, cela aurait été « malhonnête » et « contre nature » vis-à-vis de la population. Comme il est « malhonnête » et « contre-nature » de faire croire à la population dionysienne que, même s’il est battu, il pourrait s’installer à la présidence de la CINOR. La manœuvre est anti-démocratique, car ce serait considérer que la Femme, même élue maire, doit être l’accessoire de cet homme en perdition.

Ary Yee Chong Tchi Kan