Di sak na pou di

La loi des séries

Ary Yée Chong Tchi Kan / 5 janvier 2021

Eugène Rousse, Simon Lagarrigue, Bruny Payet, Lulu Biedinger, Brigitte Croisier, Marylène Berne…la liste s’est prolongée avec Ivan Hoareau. De nombreuses personnes s’interrogent sur cet étrange situation qui touchent des communistes et des camarades proches. Certains évoquent-ils la loi des séries ?

JPEG - 17.3 ko

Bien sûr, cela apparaît comme étrange qu’il y ait autant de connaissances qui disparaissent dans un laps de temps aussi court. Mais rassurez-vous c’est une vue de l’esprit, une interprétation d’une succession de cas qui n’a rien d’une catastrophe.

Ainsi, Eugène Rousse est décédé à 91 ans, avec des complications de santé. Idem pour Simon Lagarrigue, 83 ans. Par contre, Marylène qui nous a quitté à 80 ans, dans son sommeil, semble plutôt naturel. Ce n’est pas le cas de Brigitte et Lulu, nés en 1946, ils étaient âgés seulement de 74 ans. Au regard des 3 premiers, ils avaient encore de « la marge » mais ont été emportés par la maladie. Enfin, le doyen reste Bruny qui, du haut de ses 98 ans, a frôlé de peu le centenaire.

On voit donc que c’est une série de cas totalement aléatoire qui varie selon l’âge et la santé. La plus jeune victime de la maladie n’a pas survécu au-delà de 65 ans, c’est Ivan Hoareau, inhumé le 2 janvier 2021.

Entre le doyen et le benjamin de notre série, il y a 33 ans d’écart. Le hasard fait que les 2 étaient dirigeants de la CGTR, une organisation qui lutte pour que les travailleurs bénéficient d’une retraite, bien méritée et la plus longue possible.

Finalement, la réponse au questionnement ambiant pourrait se trouver dans la manifestation de l’intersyndicale qui rendait hommage à Ivan. C’était un symbole vivant de la lutte qui continue pour l’amélioration les conditions de la vie. Quel que soit le parcours de chacun d’entre nous, cela donne du sens à une espérance de vie aléatoire.

Ary Yee-Chong-Tchi-Kan