Di sak na pou di

Le 16 mai : célébrons notre vivre-ensemble réunionnais

Courrier des lecteurs de Témoignages / 3 mai 2018

JPEG - 73.7 ko

En décembre 2017 l’assemblée générale des Nations Unies a adopté à l’unanimité la résolution 72/15 présentée par l’Algérie et qui a promulgué le 16 mai Journée internationale du vivre ensemble en paix. Cette résolution portée par le cheikh Khaled Bentounes, président - fondateur de l’ ONG AISA - Association Internationale Soufie Alawiyya, souligne notamment que « la Journée internationale du vivre - ensemble en paix sera un moyen de mobiliser régulièrement les efforts de la communauté internationale en faveur de la paix, de la tolérance, de l ’inclusion, de la compréhension et de la solidarité, et l’occasion pour tous d’exprimer le désir profond de vivre et d’agir ensemble, unis dans la différence et dans la diversité, en vue de bâtir un monde viable reposant sur la paix, la solidarité et l’harmonie. »

Le GDIR - Groupe de dialogue inter-religieux se réjouit de la teneur de cette résolution qui le conforte dans ses actions pour la promotion d’une culture du dialogue, de la non-violence et de la paix pour un vivre-ensemble harmonieux et fraternel. Son « Appel à la Fraternité » proclamé en 2009 et l’organisation des Journées réunionnaises de la Fraternité sont en l’occurrence des démarches pédagogiques au service du vivre-ensemble réunionnais.

Par ailleurs on observe divers signaux dans notre société, comme la création récente de l’association « NOUT VIV ANSAMB », qui montrent qu’une grande convergence se dessine autour de cette thématique. Le temps est advenu pour porter au plus haut ce vivre ensemble. C’est une des clés du développement paisible et durable de notre Ile.

Cette date serait donc une aubaine pour notre Ile qui est souvent citée, à juste titre, comme un laboratoire du vivre-ensemble, pour être au rendez-vous de la célébration de la première édition de cet événement international. C’est l’occasion pour nous Réunionnais de prendre conscience que notre vivre-ensemble est inscrit dans l’ADN de notre Ile et qu’il doit en devenir un emblème et nourrir notre légitime fierté.

Il serait donc souhaitable que les collectivités, le monde associatif et les communautés scolaires prennent des initiatives pour affirmer avec force leur attachement à la promotion de notre VIVRE - ENSEMBLE, héritage laissé par nos ainés, et qu’il faut sans cesse conforter, préserver et magnifier.
Le 16 mai prochain faisons de notre REUNION une ILE-MESSAGE du bien vivre ensemble dans la solidarité, l’harmonie et la fraternité.

Idriss Issop-Banian (GDIR/AISA)