Di sak na pou di

Le scandale mondial du déséquilibre

François Maugis / 8 janvier 2018

JPEG - 17.3 ko

Non seulement les riches continuent d’écraser les pauvres (ce que pudiquement les économistes appellent : « la dégradation des termes de l’échange ») mais ils se permettent, au-delà du raisonnable, de dépenser plus que ce que, malhonnêtement, ils ont gagné. Il est ahurissant que la règlementation européenne autorise les pays de l’Union à s’endetter de plus de 60 % du PIB, il est encore plus ahurissant que la France et l’Espagne se permettent de crever ce plafond (96,9 % pour la France qui devrait, en principe, payer de lourdes amendes).

On peut se réjouir, penser que tout cela n’a pas beaucoup d’importance et profiter allègrement de la vie. C’est oublier que cette situation n’est que l’un des indicateurs des déséquilibres croissant du Monde et que ce déséquilibre a des conséquences bien concrètes et fort dangereuse pour la paix du Monde. Alors, mes amis, profitez. Mais faites vite car cela ne pourra pas durer très longtemps. Au-delà du réchauffement climatique, de la surpopulation mondiale et du déficit de croissance dont on nous rebat les oreilles, il y a les tensions internationales, régionales et sociales qui s’accélèrent partout et dont on parle beaucoup moins (sauf pour dire que les pauvres sont de mauvais perdants).

Cerise sur le gâteau, les prétendus dirigeants de cette politique (les chefs d’États, de gouvernements, etc.) ne seraient pas responsables. En termes à peine voilés, le journaliste Michael Wolf, nous explique que le président des États Unis est un crétin, un idiot, un incapable (ouvrage à paraître cette semaine : « Fire and fury – éditions Henry Holt). Il y a longtemps que l’on entend dire que nos dirigeants ne sont que des marionnettes et que le vrai pouvoir est ailleurs. Avouez, avec moi, que tout cela n’est pas très rassurant.

François-Michel Maugis - La Réunion

Économiste, écrivain et philosophe.