Prix des carburants

Les français asphyxiés, le gouvernement refuse d’agir

6 septembre 2023

Alors que les prix des carburants atteignent des sommets en cette rentrée 2023 – en moyenne 1,85 € le litre de gazole et 1,92 € celui de SP 95 ; la barre symbolique des 2 €/L est même franchie dans de nombreuses stations-services – les automobilistes, asphyxiés, appellent à l’aide. Mais si certaines personnalités politiques relayent leur cri et qu’une partie des distributeurs met en place des mécanismes pour alléger un peu la facture, l’État, quant à lui, reste désespérément sourd et immobile.

Aujourd’hui, mardi 5 septembre 2023, « 40 millions d’automobilistes » dénonce l’immobilisme du Gouvernement et la cupidité de l’État, qui refusent de mettre en œuvre les mesures qui permettraient de soulager le budget des Français que l’inflation galopante est venue grever depuis plusieurs mois. L’association réitère son appel à réformer profondément la fiscalité sur les carburants routiers, pour faire baisser nettement et durablement les prix à la pompe, et ainsi redonner du pouvoir d’achat aux usagers de la route.

Les Français appellent à l’aide, l’État se bouche les oreilles

La semaine dernière encore, Xavier BERTRAND, Président de la région des Hauts-de-France, demandait au Gouvernement de venir en aide aux automobilistes en appliquant à nouveau une ristourne sur le prix des carburants, ceux-ci ayant retrouvé les niveaux délirants avec lesquels ils avaient fleurté il y a un an. Une proposition aussitôt rejetée par le ministre de l’Économie Bruno LE MAIRE, au nom de la « cohérence budgétaire » et de la lutte contre le dérèglement climatique.

« Les distributeurs mènent des opérations à prix coûtant, Total Energies applique un plafond pour limiter l’envolée des prix, les élus se font l’écho des appels à l’aide des consommateurs asphyxiés, pris en étau dans cet engrenage. Toute la société se serre les coudes pour faire face à l’inflation généralisée, et le seul acteur qui pourrait prendre des décisions réellement impactantes regarde ailleurs et refuse de lever le petit doigt. L’immobilisme de l’État dans le dossier des prix des carburants est une insulte aux Français, qui ont besoin de leur véhicule pour aller travailler, faire leurs courses, emmener leurs enfants à l’école… », dénonce Philippe NOZIÈRE, président de « 40 millions d’automobilistes ».

Une réforme de la fiscalité des carburants est indispensable

Des solutions existent pourtant pour soulager les Français, qui croulent sous les taxes aujourd’hui plus que jamais, puisque la fiscalité sur les carburants vendus à la pompe vient encore alourdir le coût qui augmente avec le prix du baril. L’association rappelle en effet qu’avec le système de double imposition appliquée par l’État français – la TICPE fixe (0,59 cts€/L de gazole et 0,68 cts€/L de SP 95) et la TVA à 20 %, qui s’applique aussi sur la TICPE – plus le prix du carburant augmente, plus l’État s’enrichit.

«  Bruno LE MAIRE refuse toute nouvelle aide financière au prétexte que cela coûterait, selon lui, 12 milliards d’euros à l’État. D’abord, ce n’est pas cohérent avec sa précédente déclaration : si les 10 cts€ de baisse accordée en janvier 2022 ont coûté 5 milliards d’euros, comme il l’a dit, une nouvelle ristourne de 15 cts€ ne pourrait pas en coûter 12. C’est mathématique. Ensuite, grâce à la hausse des prix, l’État a engendré davantage de recettes fiscales que prévu. Il s’agirait donc seulement de consentir à un petit manque à gagner en rendant une partie de ce trop-perçu aux Français qui en ont besoin, explique Pierre CHASSERAY, délégué général de l’association. Mais la seule mesure qui permettrait de faire revenir durablement les prix des carburants à des niveaux acceptables pour les usagers, c’est une réforme de la fiscalité sur les carburants, et en particulier une baisse de la TVA à 5,5 %, qui est le taux appliqué pour les produits de première nécessité, ce qui est littéralement le cas des carburants routiers », poursuit Pierre CHASSERAY.


Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?

Messages

  • Texte, info et annonce révélateur. Vite ça urge et ça chauffe, pour nos portes monnaie aussi, la preuve ! Nous verrons bien ce qui a été envisagé concrètement, la réponse apportée à nos soucis actuels et hélas futurs, et ce n’est que le début, comme le réchauffement climatique, du battant des lames au sommet des montagnes, Mont-Blanc compris où le zéro degré n’est plus atteint ces jours-ci, un triste record révélateur lui aussi prouvant encore une fois que tout est lié. Vivement le retour du train ici, un TER reliant Ste Rose à St Joseph, on pourra économiser les carburants, moins perdre de temps et polluer au passage, puis créer du travail durable pour nos jeunes capables de participer au chantier nécessaire, à la création de ce nouveau réseau créé, à son exploitation, l’entretien des voies et des infrastructures, celui du matériel roulant pour les passagers, les marchandises. Osons nous lancer, changer en mieux enfin, Arthur.