Di sak na pou di

Les Réunionnais n’ont qu’une ile, l’humanité n’a qu’une planète

Témoignages.re / 11 octobre 2016

Non, Monsieur Isautier, l’équilibre socio-économique et écologique d’une ile, pas plus que l’article 349 du TFUE [1], ne sont des choses complexes si l’on se donne la peine de raisonner global et dans l’intérêt général des humains qui peuplent notre malheureuse planète.

Arrêtons, je vous prie les corporatismes qui ne mènent nulle part sinon aux catastrophes de toute nature que le Monde connaît actuellement. Il serait temps d’élever le débat. Il serait temps que le bonheur et l’équilibre des humains soit pris en compte avant l’intérêt particulier de telle ou telle corporation, de telle ou telle classe sociale. Vous qui aimez les chiffres, j’aimerais que vous mettiez en parallèle l’invraisemblable déséquilibre économique de notre ile (300 millions d’export pour 3 milliards d’import) avec la situation économique, sociale et l’invraisemblable taux de chômage de La Réunion. Et si vous voulez en rester aux chiffres, êtes-vous capable de nous dire ce que cette situation sociale coûte à la France et à l’Europe ? Quel que soit le surcoût d’une production locale, avez-vous fait le bilan ? Permettez-moi d’affirmer que très probablement, un vrai programme de développement de l’activité endogène d’une ile à fort potentiel comme l’est La Réunion, permettrait assez rapidement de rééquilibrer les comptes et la situation sociale. Encore faut-il avoir le courage de s’attaquer aux vrais problèmes et ne pas se contenter de jouer les pleureuses pour réclamer toujours plus d’aides ou de compensation des différentiels de compétitivité (ce sont vos termes). Cette politique post coloniale a vécu. La politique de soutien à des activités dépassées comme la culture industrielle de la canne à sucre, est devenue un véritable scandale.

Etes-vous satisfait de nourrir, à La Réunion, les animaux et les hommes avec des produits importés ? Les Réunionnais mangent-ils de la canne à sucre ? Et si vous ajoutez le surcoût de ces importations, aux subventions cannières et à ce que coûte à la collectivité le traitement social du chômage, n’auriez-vous pas assez de fonds pour rééquilibrer progressivement cette économie de comptoir totalement obsolète.

Enfin, n’oubliez pas cette vérité incontournable : si nous vivions tous comme des Américains, il nous faudrait plusieurs planètes. Nous n’avons qu’une planète, nous devons nous organiser pour vivre tous ensemble sur cet unique territoire. De la même manière, nous devons nous organiser pour vivre tous ensemble sur notre ile en réduisant de façon drastique notre dépendance maladive aux importations excessives, voleuses d’emploi et destructrices de la dignité des Réunionnais.

François Maugis

[1Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne – Cf. interview de Jérôme ISAUTIER publié dans le supplément du 5 octobre du JIR « Made in Réunion ».



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Demain soir, jeudi 13 octobre, sur France 5 la TB émisison "la grande librairie" invitera entres autres Pierre Rabhi qui est plein de sagesse d’intelligence, d’humilité, bref, pas mal de qualités en ces temps troubles, dailleurs, Nicolas Hulot le connait bien et est venu le voir chez lui en Ardèche. Allez voir son mouvement "les Colibris" c’est encourageant. Positif pour la Réunion aussi !

    Article
    Un message, un commentaire ?