Di sak na pou di

Nos personnes âgées abandonnées !

Paul Dennemont / 24 février 2018

Le 30 janvier dernier la grève des personnels des EHPAD et les reportages ou témoignages qui en ont suivi, nous ont permis d’avoir un aperçu du fonctionnement de ces établissements, des difficultés auxquelles ils sont confrontés, et les conditions d’hébergement des pensionnaires, parfois pointées du doigt. L’actualité de ces derniers temps révélant l’existence des pensions marrons et les conditions de vie indignes de leurs résidents, vient à nouveau poser - au-delà de l’aspect judiciaire - le problème de la prise en charge des personnes âgées, à La Réunion.

JPEG - 17.3 ko

Est-il besoin de rappeler que cette question majeure-qui nous interpelle tous - est l’un des sujets le plus souvent évoqués par le PCR, et ce, depuis de nombreuses années. On ne compte plus les fois - notamment lors des conférences de presse - où ses dirigeants et élus ont posé ce problème, parfois raillé par des journalistes qualifiant les propositions (détaillées) du PCR, de vieilles rengaines.

Le dimanche 11 février 2007, il y a 11 ans, Paul Vergès déclarait à l’occasion d’une intervention « La Réunion est confrontée à deux phénomènes engendrant des besoins sociaux nouveaux : d’une part, l’urbanisation accélérée, et d’autre part l’évolution de la structure démographique avec, notamment dans les prochaines décennies, une forte augmentation de la proportion de personnes âgées dont nous avons déjà vu que, dans leur grande majorité, elles ne disposeront que des minima vieillesse pour survivre.(…) Face à l’accélération du vieillissement de notre population, Paul Vergès ajoutait « Il convient de prévoir les formations adéquates en renforçant les capacités d’accueil des institutions existantes, et en en créant d’autres pour faire face aux besoins… »

Rappelons également qu’à l’occasion du 70e anniversaire de l’abolition du statut colonial, Témoignages avait édité une brochure « Pour une nouvelle politique à la Réunion » mettant en exergue les 25 propositions du PCR. La création d’un grand service d’aide à la personne était la proposition 1. C’est dire l’intérêt que le Parti Communiste Réunionnais a toujours porté à cette question sociétale. Il aura été le seul à tirer maintes fois, la sonnette d’alarme.

Malheureusement, au vu du constat qui est fait aujourd’hui, force est de constater que les autorités publiques ne mesurent toujours pas la gravité de la situation. Les statistiques officielles indiquent que dans deux décennies, notre ile va compter plus de 200 000 personnes âgées de + de 65 ans. Une donnée qui a de quoi nous effrayer, mais pas les Autorités.

Paul Dennemont