Di sak na pou di

Pourquoi une mission du CHU Réunion à New Delhi en pleine crise financière ?

Courrier des lecteurs de Témoignages / 5 septembre 2018

JPEG - 114.4 ko

En raison des pratiques financières et managériales de la Direction générale du CHU, illégales (pour certaines), douteuses voire indécentes (pour d’autres) qui perdurent depuis 2012, notre CHU s’enlise, s’enfonce, s’engouffre, plonge, jour après jour un peu plus dans les abysses :
- 130 millions d’euros a minima de déficit cumulé, un EPRD 2018 non validé par l’ARS
- des négociations de plus en plus difficiles avec les banques sur les lignes de trésorerie
- des retards de paiement des fournisseurs qui pénalisent l’économie locale
- des services de soins de pointe et de proximité mis à mal voire qui ferment sur décision de la Direction ! alors que le privé s’accroît bizarrement…
- des professionnels qui tirent la langue sur le terrain avec rappel sur repos… alors que le CHU paierait 6900 salaires
- des congés assiduité déjà retirés, des RTT en vue de l’être, sur décision de la Direction, cette même Direction pointée sévèrement du doigt par l’Igas dans son rapport sur la gouvernance rendu public en juillet !

Mais pendant que les agents hospitaliers trinquent, avec menace à peine déguisée de suppressions de postes, la Direction du CHU quant à elle continue, encore et encore, de son côté à s’accorder des largesses ! Pourquoi y mettre fin ? Peut-être que Monsieur le DG, vous nous répondrez par presse amie interposée qu’elles sont légales ?

Mais Monsieur le Directeur Général, dans ce contexte de très grave crise financière que traverse notre CHU, et pour laquelle votre responsabilité est engagée, ces largesses que vous vous accordez encore, que vous accordez à des membres de votre équipe de direction encore, et même à des personnes extérieures au CHU sont tout simplement indécentes ! et inacceptables !
- La fonction de Directeur que vous exercez au CHU depuis 2012 ne peut souffrir d’un manque de respect vis-à-vis des professionnels du CHU de La Réunion et des 860 000 citoyens de notre île qui ont tous droit à des soins de qualité au moment où ils en ont besoin.
- La fonction de Directeur que vous exercez au CHU depuis 2012 ne peut souffrir d’un manque d’intégrité, d’un manque de transparence, d’un manque de cohérence entre le discours servi localement et le discours discrètement tenu à Paris.

1- Eclairez-nous SVP monsieur le Directeur Général sur votre mission en Inde de juillet :
Pourquoi le CHU a-t-il payé une mission en Inde à New Delhi à 4 personnes en juillet 2018 ? 4 jours pour certains, 13 pour certaines ? Combien a coûté au total cette mission ? Quelles sont les personnes qui vous ont accompagné ? Quelles fonctions occupent-elles ? Cette mission était-elle indispensable au sauvetage du CHU ? Sauvetage qui pour la FAFPHR est la seule mission prioritaire ! Cette mission revêtait-elle un caractère prioritaire ? Urgent ? ne justifiant pas d’être programmée un peu plus tard lorsque les finances iraient mieux ? et que le CHU pourrait alors faire de la VRAIE coopération… même avec un pays situé à plus de 5287 Km ! Quelles retombées positives immédiates pour les finances du CHU dans sa remontée si attendue des abysses ? Au regard des documents en notre possession, nous avons déjà certaines réponses…
Sachez, Monsieur le Directeur Général, que nous trouvons indécent :
- Que vous fassiez payer au CHU 2 billets d’avion en business class
- Que vous fassiez payer au CHU 2 billets d’avion pour 2 personnes extérieures au CHU, membres d’une association culturelle faisant notamment la promotion de la danse et du yoga -
- Que vous fassiez payer au CHU des frais d’hébergement à l’Hôtel Claridges Delhi 5 étoiles à 2750 euros
- Que vous fassiez payer au CHU des frais de transports voiture et visites à 900 euros pour 4 jours à New Delhi
Monsieur le Directeur Général du CHU, Vous voilà pris en plein flagrant de New Delhi !

2- Eclairez-nous SVP Monsieur le Directeur Général sur votre pratique du double discours concernant le sujet de la surindexation des primes :
Concernant la surindexation des primes sans base légale, par notre lettre ouverte du 10 mai 2018, nous vous invitions à « arrêter votre Hypocrisie et à trouver rapidement une solution légale pour compenser au plus vite le manque à gagner inéluctable des agents concernés par cette suppression d’indexation illégale de primes ». En effet, nous vous soupçonnions déjà, au regard de vos pratiques de « kouto y coupe 2 cotes » et de « roule cari sou le riz » de n’avoir aucune volonté de chercher et de trouver une solution rapide et légale pour placer au plus vite tous les agents du CHU en sécurité juridique et ainsi leur éviter un jour une demande de remboursement de trop perçus. En date du 3 mai 2018, vous avez cosigné, avec le Directeur de CH Gabriel Martin, en tant que Directeur Général du CHU et du GHER, un courrier adressé à M. le Directeur Général de l’ARS par lequel vous demandiez que soit notamment prévu de « disposer d’un délai » pour les éditeurs de paye, de « donner le temps nécessaire aux responsables hospitaliers » pour communiquer de façon adaptée en direction des personnels hospitaliers…
Vous vous êtes même mobilisé aux côtés des seules organisations syndicales que vous acceptez (donc pas la FAFPHR), pour aller à l’ARS porter un discours de soutien et ainsi tenter de passer pour un défenseur des agents hospitaliers et de leur pouvoir d’achat : ces professionnels si impliqués qui font le CHU, pour qui vous dites avoir une grande considération…
Quelle ne fut pas notre surprise lorsque nous avons découvert votre note directement adressée au Directeur adjoint de la Ministre, à la Directrice Générale de la DGOS et au Directeur Général de l’ARS-OI plusieurs mois avant cette mascarade en public sur notre île !

Laissez-nous vous rafraîchir la mémoire par quelques extraits de ces écrits, que vous vous êtes bien gardé de communiquer aux hospitaliers concernés :
« Le tendanciel d’exécution budgétaire 2017 (M 8) sur le Titre 1 (dépenses de personnel médical et paramédical) se traduit par un dépassement de 6,6 millions d’euros par rapport à la trajectoire COPERMO. Le CHU propose des mesures pour résorber intégralement cet écart. Cet effort de régulation se traduira par une économie de 7,54 millions d’euros par an en année pleine à compter de 2018 et de 30 millions d’euros sur la période 2017-2021 dans la régulation de l’évolution de la masse salariale, là où le COPERMO prévoyait 6,3 millions d’euros d’effort de régulation sur la période 2017-2021 »…
« Deux options complémentaires se dessinent et nécessitent une prise de responsabilité conjointe du fait de leur caractère sensible dans un contexte social local tendu. Option1 : elle consiste à jouer sur l’effet prix en désindexant certaines primes et régimes indemnitaires illégalement indexés… Gain « Proposition du DG du CHU : retenir à court terme l’option 1 car elle est juridiquement obligatoire, portée localement et productrice d’effets économiques immédiats. » « De plus elle concernera rapidement les autres établissements de santé du GHT Océan Indien (Hors Mayotte, soit GHER, CH Gabriel Martin et EPSMR)… » « Le Président du Conseil de surveillance et le Président de la FHF-OI accompagneront politiquement cette position qui nécessitera un soutien de l’ARS-OI et du national ».

À la lecture de ces écrits, des points à éclairer SVP plus particulièrement :
- Pourquoi M. Le Directeur Général du CHU suggérer au Ministère une mesure de régulation 5 fois plus dure que celle prévue par COPERMO ??? alors que cette proposition est entièrement en défaveur des agents hospitaliers ! ! !…
- Est-ce vrai comme vous l’affirmez que le Président actuel du CS du CHU et le Président de la FHF-OI trouvent cela juste de toucher au pouvoir d’achat des hospitaliers ? et soutiennent votre proposition ?…

Par ailleurs, la FAFPHR attend toujours que vous éclairiez les 6900 agents du CHU sur le remboursement (ou non) par vos soins de la prime NBI indue que vous avez touchée selon le rapport Igas et qui s’élève à 6284,40 € l’année. Ces éléments concernant tous les hospitaliers de La Réunion, Merci Monsieur le DG du CHU de répondre à tous les agents hospitaliers de l’île voire à tous les citoyens qui sont saturés de payer de plus en plus d’impôts !

FAFPHR