Di sak na pou di

Quel modèle pour la santé du monde ?

François Maugis / 30 août 2021

Destruction de la planète, la faute aux hauts cadres de l’administration ?

JPEG - 17.3 ko

Faisant référence aux problèmes rencontrés par l’ENA, la revue « Nature » et un grand scientifique international Marc-André Selosse (France, Brésil, Chine, Pologne, etc.) attire notre attention sur un problème largement ignoré du grand public : « Une école d’administration ou de politique, sans enseignement scientifique, c’est suicidaire pour une société moderne. On voit trop l’administration peiner à gérer les problèmes écologiques et sanitaires actuels ».

Selon lui, nous ne voulons pas être dirigés par des scientifiques mais cela devient une véritable catastrophe pour l’humanité. De manière à poser les bonnes questions, nos administrations et nos décideurs doivent connaître et comprendre les potentiels de la science. Nous ne devons pas faire les erreurs qui conduisent aux crises actuelles. La science ne doit pas servir uniquement à expliquer nos échecs. Elle doit devenir un outil d’anticipation permettant d’éclairer, d’expliquer et de justifier chaque décision sociétale importante.

Pour la France, profitons de la réforme de l’École Nationale d’Administration (ENA), remplacée par l’Institut du Service Public (ISP) pour résoudre ce problème. Si nous réussissons à construire une administration éclairée par l’utilisation de toutes les sciences, elle deviendra un exemple et le modèle indispensable pour la santé du Monde.

François-Michel Maugis