Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Chroniques > Di sak na pou di

Ré-homologation du glyphosate : de qui se moque-t-on ?

samedi 26 juin 2021, par Bruno Bourgeon

L’UE s’apprête à ré-homologuer le glyphosate toxique sur la base d’études sélectionnées et financées par l’industrie. D’autres gouvernements font de même. C’est un désastre.
Mais des scientifiques indépendants viennent de terminer une étude inédite qui montre comment le glyphosate endommage l’ADN des organes internes.

Cette étude explosive est prête, mais ses auteurs veulent qu’elle soit publiée dans les meilleures revues accessibles au public. Ainsi, les responsables gouvernementaux ne pourront pas fermer les yeux sur cette étude, comme le voudraient les lobbyistes de Bayer-Monsanto.
Cela pourrait faire interdire le glyphosate une bonne fois pour toutes. Mais nous devons faire vite. Chaque jour que nous attendons, les agriculteurs et les jardiniers continuent de pulvériser ce poison sans retenue sur nos champs et nos terrains de jeux. Pouvez-vous participer à cette campagne de dons pour interdire le glyphosate ?

Les entreprises de pesticides doivent prouver que leurs produits sont sûrs. Dans de nombreux endroits, les gouvernements doivent interdire les produits chimiques si de nouvelles données fiables indiquent qu’il y a un problème.
Pendant plus de 40 ans, les chercheurs financés par l’industrie se sont concentrés sur les tests sur la moelle osseuse pour prouver que les pesticides à base de glyphosate sont sans danger. Ils disaient : « Le glyphosate est sûr, regardez nos données », et les gouvernements s’en contentaient. Mais maintenant, cette nouvelle étude montre que le glyphosate n’est peut-être pas nocif pour la moelle osseuse, mais qu’il ravage en réalité d’autres organes.
Lorsque ces résultats seront publiés dans les meilleures revues scientifiques, Bayer pourra dire adieu à sa lune de miel avec les autorités sanitaires. Et si cela ne suffit pas, nous pourrons poursuivre les autorités en justice pour faire avancer les choses.
Pour autant que nous le sachions, Bayer-Monsanto a effectué exactement les mêmes recherches, et a simplement enterré les données pour protéger ses profits. Des courriels internes de Monsanto, publiés récemment lors d’un procès aux États-Unis, montrent que les patrons savaient depuis des années que l’entreprise avait des « vulnérabilités potentielles » qui pourraient être découvertes un jour.

Nous avons presque réussi à faire interdire le glyphosate en Europe il y a quatre ans – mais la puissance du lobbying de l’industrie des pesticides était tout simplement trop forte. Nos champs, notre nourriture – même nos corps sont contaminés par ce produit.
C’est notre chance d’interdire le glyphosate dans l’UE, et dans le monde entier. Chaque argent supplémentaire que nous récolterons alimentera notre campagne contre l’industrie des pesticides et nous permettra de lutter pour des interdictions dans le monde entier. Cette étude – si nous pouvons contribuer à la diffuser largement – pourrait rompre le charme opéré par Bayer sur nos régulateurs, et mettre fin à l’ère du glyphosate. S’adresser à SumOfUs.

Pour en savoir plus :

Le glyphosate franchit un premier pas vers sa réautorisation en Europe en 2022
Le Monde. 16 juin 2021.

119 parlementaires européens dénoncent les « failles » du système d’évaluation des pesticides
Le Monde. 25 février 2021.

Bruno Bourgeon, porte-parole d’AID


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus