Di sak na pou di

Réforme de la fonction publique : Pourquoi une telle apathie au regard des enjeux pour les enseignants ?

Courrier des lecteurs de Témoignages / 31 mai 2019

JPEG - 173.1 ko

La réforme de la fonction publique a été « débattue » dans un silence assourdissant, même si 1000 amendements ont été déposés, cela ne créé pas un débat ni une contestation véritable. Pourtant l’ensemble des réformes à venir vont concerner négativement les enseignants au premier chef : loi Blanquer, réforme de la fonction publique et réforme des retraites qui font système entre elles.

Alors même qu’un certain nombre de dispositions sont déjà appliquées en dehors d’un cadre légal voté définitivement, on assiste à la remise en question de la mobilité des enseignants due à la précipitation de la mise en œuvre des réformes par pure vanité ministérielle.

De la même façon, depuis 2017, les promotions des personnels se déroulent en dehors des cadres, ne respectent pas les délais légaux, donnent lieu à des erreurs…
Ces réformes par petits bouts, en dehors des instances décisionnaires : dédoublement des classes, baisse des effectifs en grande section, diminution de postes aux concours… provoquent une gouvernance ingérable pour les services rectoraux et pour les enseignants sur le terrain qui subissent les caprices du gouvernement.

SAIPER