Di sak na pou di

Résurgence surprise

Courrier des lecteurs de Témoignages / 14 février 2018

JPEG - 17.3 ko

Je lis dans la presse de lundi 12 février la critique de « l’imprévision totale de la classe politique » et de « son peu d’anticipation face aux changements climatiques. » Pas possible, on croirait mot pour mot des paroles de défunt Paul Vergès, du copié-collé quoi ! Kisa la di sa ? Huguette Bello, entourée d’Olivier Hoarau et d’Emmanuel Séraphin et accompagnée de militants et militantes du PLR, lors d’une rencontre avec la presse pour tirer les leçons de Berguitta et poser le problème de l’eau.

Drôle d’impression de retrouver ainsi les idées si souvent exposées par Paul Vergès et qu’on avait d’ailleurs tendance à lui reprocher comme répétitives et négatives. Et ce ne sont pas là quelques paroles comme échappées de la mémoire et reproduites sans y penser. Non, la reprise forme un ensemble assez cohérent : appel à la responsabilité politique, nécessité d’anticiper et de construire une vision à long terme, urgence d’une adaptation aux effets du changement climatique, invitation à se rassembler pour décider ici même de ce qui est bon pour La Réunion. Cela, Paul Vergès l’a dit et redit. Les traces sont là, enregistrées ou transcrites.

De cette captation, qui ne cite pas ses sources, on retiendra deux constats opposés : on perd beaucoup de temps à se chamailler, à se diviser et à disperser les forces ; mais les idées résistent et font leur propre chemin.

Paul Vergès disait souvent, avec un brin d’ironie, qu’une fois disparue, une personne est gratifiée de toutes les qualités et que ses pensées ont alors droit de cité. Il avait bien… anticipé !

Birgitta