Di sak na pou di

Sagesse naturelle ?

François Maugis / 28 octobre 2017

JPEG - 17.3 ko

La vie est un subtil équilibre entre abondance et rareté. Trop de l’un ou de l’autre, et voilà que se pointe à l’horizon le déséquilibre et la mort. L’abondance gonfle un temps la population qui en est bénéficiaire mais dont une grande partie est condamnée par la prochaine pénurie. La Nature a ainsi oscillé entre ces deux extrêmes pendant plusieurs millions d’années. Puis est apparu l’équilibre dont l’image humaine la plus proche serait le paradis.

Et pour nous, c’est bien le jour où notre ancêtre animal africain s’est imaginé qu’ailleurs l’herbe était plus verte, que tout a commencé. Autrement dit, à certains endroits du Monde, l’abondance ou la perturbation du milieu (allez savoir) a permis à cet animal d’appréhender sa propre insatisfaction. Si, dans la forêt profonde, la tribu de gorilles vit paisiblement et règle ses problèmes au jour le jour sans se poser trop de questions, la tribu voisine d’hominidés qui, on ne sait trop pourquoi, a pris la grosse tête, ne se satisfait pas du tout de cette même situation. C’est probablement pour cette raison qu’il y a 10 à 20 millions d’années, ont commencé les premières migrations hors d’Afrique, qui ont donné naissance à l’humanité.

Alors, me direz-vous, quel rapport avec nos déséquilibres actuels ? Incontestablement, cette longue histoire nous a marqué. Les périodes de pénurie comme les deux guerres mondiales, ont été suivies à chaque fois, d’une période d’euphorie, vite calmée par les réalités du Monde.

Certains territoires isolés comme l’ile de La Réunion, ont subi un peu différemment et souvent beaucoup plus durement ces chocs de l’histoire. Alors, il ne faut pas s’étonner de la difficulté actuelle pour tout un peuple, de comprendre que la fête est finie, que l’abondance actuelle est fragile, que la sagesse nous impose une réflexion plus approfondie sur notre avenir.

François Maugis – La Réunion