Di sak na pou di

SAIPER : « faire grève pour défendre l’école »

« L’Education nationale et la fabrique de l’illusion sauce Blanquer »

Témoignages.re / 9 octobre 2018

JPEG - 173.1 ko

Pourquoi encore appeler à la grève mardi : par nécessité ! Celle de s’opposer et dénoncer les mensonges ministériels et la grande illusion fabriquée inlassablement par le ministre de l’Éducation.

Prise dans sa globalité cette politique va finir par tomber le masque, seule une politique prise dans sa plus grande globalité peut donner de l’ambition et des garanties pour les personnels et les élèves.
Dans ce tourbillon de réformes qui n’ont ni queue ni tête :

- l’instruction à trois ans et ses conséquences : accueil des élèves trop lourdement handicapés que les familles désespèrent de voir scolariser. Avec quels moyens ? Des moyens que les mairies devront prendre au public pour les transférer vers le privé, la fin annoncée des classes de très petite section, qui selon M. Blanquer n’ont pas fait la preuve de leur intérêt

- la suppression des contrats aidés et la nécessité pédagogique d’être deux adultes en maternelle,

- la suppression des contrats aidés et les nécessités institutionnelles (Vigipirate…) impossibles à remplir pour les directeurs-trices sans moyen humain supplémentaire.

M. Blanquer n’hésite pas à travestir la réalité à l’aide de tours de passe-passe :

- la hausse du budget de l’Éducation nationale liée au transfert des compétences notamment 215 millions pour les AESH qui proviennent du ministère de la Santé, alors qu’en réalité le budget sera lourdement amputé au profit des gadgets ministériels (devoirs faits, service national universel qui coûtera 2 milliards à terme),

- l’augmentation salariale alors que nous sommes toujours les plus mal payés en Europe au regard du temps de travail et du niveau de diplôme, et tout en sachant que les augmentations de salaire de 2019 sont celles dues en 2018 et qu’elles ne rattraperont même pas la hausse des cotisations,

- les résultats des élèves peu satisfaisants mis sur le dos de la réforme des rythmes scolaires alors que les élèves évalués qui ont 15 ans aujourd’hui sont ceux-là mêmes qui ont subi les programmes scolaires de Messieurs Châtel et Blanquer.

Croire et faire accroire tel est le credo digne d’un grand charlatan : après avoir donné des gages aux villes et conscient du mécontentement grandissant dans les campagnes, à l’approche des élections municipales, M. Blanquer va tout simplement détruire l’éducation prioritaire. Que vont alors devenir les cp/ce1 dédoublés actuellement ?

Malheureusement pour l’éducation nationale notre ministre n’a rien d’un magicien, mais tout l’art d’un grand charlatan. Mais les faits sont têtus et ne souffrent ni d’idéologie ni d’ambition personnelle.
Alors oui il faut faire grève pour défendre l’école.

Le bureau du SAIPER UDAS