Di sak na pou di

Trèbes, nous avons du sang sur les mains

Courrier des lecteurs de Témoignages / 6 avril 2018

JPEG - 17.3 ko

Anou isi Larényon ? Inn téroriss i rant inn magazin Trèbes - inn plas nou lavé zamé antann parlé -, i tïé dömoune – lö boucher, bann klian, la loi... -, anou lotèr ? Azot, di sak zot i vé, amwin mi ardi plï for ankor : dann sang la koul atèrlaba, nou nana nout responsabilité !
Akoz sa don ? Mi férépons : toute bann zèn-la, toute bann zarab-la, tout bann mïzilman-la, zot i argard kosa gouvernman Israël i fé sanm bann Palestiniens. Apré bann téroriss zisraélyin la prann Palestine, koméla, dann territoires occupés, Zisraélyin i trap zot tèr, i fout koloni plin milyé zot zabitasyon, i trap lö moune, i tak azot la zol... Ek Gaza, zot i fé inn camp de concentration. Atèrlaba Liban, dann camp réfugiés palestiniens Sabra ek Shatila, sanm bann milices - krétyin soidizan -, zot la fé parey sak bann Nazi la fé sanm bann Juifs Ghetto de Varsovie. Kinm nou la fine arivé troizyinm milénèr, toute bann krim bann kolonizatèr Zespanyol, Portugué, Zanglé, Fransé, la fé, saminm zordï bann kolonizatèr Zisraélyin i fé.

Palestiniens-la - sat bann Zisraélyin i tir zot zabitasyon, i abim azot, i tïe azot – sa, zarab parey toute bann zarab ; sa, mïzilman parey tout bann mïzilman... Toute sak bann Zisraélyin i fé inn Palestinien, zot i fé toute bann Zarab La France, toute bann mïzilman Larényon, toute bann zèn Lézipt, Komor, Pakistan... Mésöman, bann Palestiniens-la, sa dömoune parey toute dömoune : la pa ryink bann mïzilman ifo i lèv inkou ! Pa ryink bann zarab ! Not toute, athées aou, krétyin aou, kréol aou, sinoi, kaf, malbar, zorey, sauf koman, not toute ifo nï lèv, ifo nï kri : sa inn linzïstiss ! sa inn krim ! Arèt ek sa döswit ! Olyédsa, personn i di pa ryin... Zisraélyin lé kab fé toute bann zinzïstiss-là parapor nï di paryin, nout bann député i di paryin, nout gouvernman i di paryin...

Qui ne dit mot consent ! Par notre silence, par nos achats de produits israéliens, nous sommes complices de la violence des Israéliens et de leur allié américain qui, mené par le bout du nez par le lobby pro-israélien, finance les pires exactions d’Israël. Le résultat, tous ces jeunes – arabes, musulmans - ils ont la haine ! C’est normal ! Qui les radicalise ? Nous !

Sak i vé pa dömin i ariv Larényon sak larivé Bataclan, sak larivé Trèbes, kosa nou nana pou fé ? Daborinn, nou koz rant dalon ; nou group ! Anplïskösa - mi aprouv M. Nazir Houssen - nou fé parey Stephen Hawkins : lèrk nï sava bazar, nï agard byin ousa i sorte bann zafèr nï ashèt : parka i sorte Israël, nou ardépoz alï, nï rod minm zafèr i sorte innot plas ; parka na pwin, nï anpass. Sanm nout dalon, san dézordé, nou dömann rankont direktèr magasin. Nou koz trankilman sanm lï, nï armèt alï inn lèt. Nou fé pétisyon nï anvoy bann propriétaires magasins. Nou part war député nout circonscription. Na détrwa sïrésertin, zot i sa byin akèy anou : Mme Bareigts, Mme Bassire, Mme Bello, M. Ratenon... Somanké lézot parey... Pö nou gagne la paix, pö nou gagn la sécurité, i fo nout député i fé pression sïl gouvernman ! Sa zot travay, sa !

La moitié des sanctions appliquées – à juste titre - contre l’Iran ou la Russie serait décrétée contre Israël, en trois jours Israël est à genoux, Israël se conforme aux résolutions de l’ONU, Israël quitte les territoires occupés, Israël renonce à ses prétentions sur Jérusalem... La délivrance est apportée aux Palestiniens, l’eau et l’électricité à leurs maisons, les médicaments à leurs enfants, leurs terres leur sont rendues...

Kiswa Larényon, kiswa la métropole, kiswa ninportedekel plas, tank i ariv pa la, nï gagne arpa zamé la paix, zamé la sécurité ! Astèr, mi tourn amwin parkoté bann Juifs : di pa nou lé « antisémites ». Arèt intour ek sa ! Malheur à qui fait le malheur des Juifs ! Malheur à qui fait le malheur des Palestiniens ! Malheur à qui fait le malheur des hommes ! Malheur à qui fait son propre malheur !

Manyèl

En créole, vous l’avez remarqué, revient fréquemment, toute seule, la lettre « i » mais – regardez bien ! - toujours devant un verbe. Marqueur pré-verbal comme l’anglais « to » (« to be », « to run »), à la différence de « to », « i » se maintient (généralement) quand le verbe est conjugué. Ainsi, au présent : « zafèr i sorte innot plas » (des choses qui proviennent d’ailleurs) ; au passé : « mi té i manz » (je mangeais) ; au futur : « zot i sa bien akèy anou » (ils nous feront bon accueil).