Di sak na pou di

Trump, prédateur en chef

Courrier des lecteurs de Témoignages / 29 mai 2017

(ou destruction conjointe Terre/Humanité)

JPEG - 17.3 ko

Il est ahurissant de constater que 49 ans après mai 68, 45 ans après la première conférence mondiale sur l’état de la planète, suivie de 4 autres, nous n’avons pas avancé d’un iota en matière de gestion du monde. La (non) gestion mondiale des peuples de la Terre est toujours aussi absurde. L’absurde gestion mondiale de l’eau, du pétrole, etc. est toujours aussi destructrice.

Ce (...) Trump (et beaucoup d’autres avec lui) ne se rend pas compte que sa gestion du portefeuille des Américains, est totalement contre-productive. Pourquoi dépenser tant de milliards pour combattre les pauvres qui crient famine aux portes de sa maison ? (Pendant des millénaires les peuples de la Terre ont vécu à la recherche d’un certain équilibre mais cet équilibre est rompu. Trois milliards de Terriens vivent aujourd’hui dans des conditions inhumaines). Pardonnez-moi ce cynisme, mais il serait beaucoup plus économique de verser une obole à ces miséreux finalement peu exigeants. Pourquoi cette fureur consommatrice de ce pétrole qui empoisonne les humains ?

Non seulement nous épuisons un trésor sous-terrain qui pourrait servir aux générations futures pour autre chose que d’être brûlé mais nous développons des activités contre nature qui épuisent les richesses en eau, autrement plus indispensables à la survie de l’humanité. Non content d’empoisonner les Terriens avec des pesticides à base de pétrole, nous développons depuis plus de 50 ans une agriculture à base d’engrais chimiques et donc de pétrole, très peu propice au monde végétal et à la fertilité des sols. Ce que nous semblons méconnaître c’est que le végétal ainsi nourri, consomme beaucoup plus d’eau que s’il était nourri normalement de façon organique. Il y a donc non seulement gaspillage mais empoisonnement de l’eau des humains.

Au bénéfice de qui ? On se le demande. Les Américains ne peuvent échapper aux catastrophes écologiques, économiques, sanitaires et sociales qui menacent le monde. Si vous souhaitez le bien de votre peuple, consultez vos experts, Monsieur Trump et revenez à une attitude plus raisonnable. Vous risquez sinon de laisser un très mauvais souvenir à l’histoire.

François Maugis

La Réunion