Di sak na pou di

Un nouveau médicament, le fruit du cacaoyer

François Maugis / 24 juillet 2018

JPEG - 17.3 ko

Après les baies de goji, le pain de singe (le fruit du Baobab), la spiruline, le mourongue, le curcuma, le conflore, on vient de découvrir les vertus médicinales du fruit du cacaoyer [1]. La culture de cette plante a été interrompue à La Réunion, il y a fort longtemps mais il faut croire que le climat de l’ile lui convient car on retrouve encore quelques vieux arbres dans les bas.
Depuis quelques années, l’association Énergie Environnement s’est penchée sur le problème de notre santé. Il ressort de nos recherches que nous ne devrions pas être malades. Pourquoi ? Parce que, sans médicaments et sans médecins, nos lointains ancêtres ont vécu plusieurs millions d’années. Les mauvaises graines et les êtres inadaptés n’ont évidemment pas survécu. C’est ce qu’on appelle la sélection naturelle, celle qui a donné naissance à tous les animaux parfaitement adaptés à leur biotope et que nous connaissons aujourd’hui.

Pour les humains, c’est un peu différent. S’il est vrai que, comme celui des animaux, notre métabolisme et notre système digestif est parfaitement adapté à notre biotope, ce sont nos modes de vie et notre alimentation qui, depuis quelques centaines d’années, ont été très brutalement modifiés. Et notre merveilleux métabolisme, aussi performant soit-il, n’a pas eu le temps de s’adapter.

Est-on pour autant condamnés à être malade ? C’est ce que l’on pouvait croire, vu l’ampleur des dégâts. Comme le dit un célèbre médecin, on peut encore, bien sûr revenir au mode de vie et à l’alimentation d’il y a plusieurs milliers d’années (principalement à base de racines, de fruits et d’un peu de viande, ce que l’on appelle quelque fois le régime paléo) mais, qui aujourd’hui a l’audace, le courage et la volonté de le faire ? Doit-on alors se jeter dans les bras de nos chers médecins et enrichir l’industrie chimique et pharmaceutique mondiale ? Et bien non. La nature ou le bon Dieu nous donne une deuxième chance. Avait-il prévu nos dérives ? Mystère.
En tout cas, non contente d’alimenter correctement notre tube digestif avec fruits, racines et viande, la nature a également prévu les médicaments. Pour le chocolat « médicinal » voir le site de ces deux artisans français : www.omegachoco.com et http://www.rrraw.fr/shop/ L’un d’eux a d’ailleurs travaillé en étroite collaboration avec le regretté Christian Cabrol.
Allez me dire après tout ça, que nous n’habitons pas au Paradis !

François-Michel Maugis - La Réunion

[1Avec plus de deux cents composants bénéfiques pour la santé, le cacao cru porte bien son nom de « nourriture des dieux ». Antifatigue, antistress et antioxydant, il protège le système cardio-vasculaire, régule le flux sanguin, brûle les graisses. Néanmoins, une fois torréfié (c’est-à-dire transformé en chocolat ou en poudre de cacao), il perd environ la moitié de ses vertus médicinales. Si vous souhaitez vous soigner, il est donc préférable d’utiliser du cacao cru … SOURCE : http://www.doctissimo.fr/html/sante/phytotherapie/plante-medicinale/cacao.htm#composition-du-cacao