Di sak na pou di

Un père maltraité

Radjah Veloupoulé / 19 décembre 2018

JPEG - 17.3 ko

Depuis neuf ans, date de la naissance de ma fille, je suis un père maltraité par sa maman, qui non contente de m’avoir fait un enfant dans le dos, sans aucun avertissement de ce qui allait se passer, s’évertue à faire de ma vie un calvaire. Je renonce à beaucoup de fierté, et d’orgueil, en écrivant ces lignes, mais je sais que beaucoup de pères réunionnais subissent le même régime et j’écris pour eux.

Rien ne fut plus difficile qu’un rôle qu’on vous impose de force, comme si la seule venue de cette enfant allait donner tous les droits à la mère. Nous vivons dans une société ou les droits des femmes s’affichent dans chaque colonne des journaux ou dans le journal télévisé, mais personne ou presque ne se penche sur le drame des pères qui subissent des traitements à contre-rebours des unes d’actualité. Peut-être faut-il dire que la honte empêche beaucoup de pères de revendiquer leurs droits légitimes, mais aussi l’amour unique qu’ils vouent à leurs enfants, sans que cela leur soit préjudiciable, s’ils allaient dénoncer des comportements qui relèvent du tribunal.

Je suis celui qui est passé trois fois devant le juge des affaires familiales pour avoir le droit de voir sa fille, que la mère voulait à tout prix soustraire à mon regard. Je me suis battu avec la dernière énergie, et je sais que mon combat ne fut pas vain. Je remercie toutes les personnes qui m’ont apporté leur aide, et elles sont nombreuses depuis les médecins jusqu’aux médiateurs de l’aide familiale. J’ai obtenu de mon père la sagesse de ne pas sombrer, et de ma religion l’aide ultime qui fait déplacer les montagnes.

A tous les pères, n’abandonnez pas, votre enfant aura toujours besoin de vous, ce que vous ferez leur permettra de réussir leur vie, sans que la méchanceté et l’aliénation familiale leur fassent subir un sort qu’ils ne méritent pas. Je veux aider tous ceux qui sont dans la souffrance et la douleur. Je laisse mon mail au journal, n’hésitez pas à me contacter.

Radjah Veloupoulé