Di sak na pou di

Un pognon de dingue...

Marylène Berne / 23 avril 2019

JPEG - 17.3 ko

Un milliard ou plus encore pour le reconstruction de Notre-Dame ! « Chacun a donné ce qu’il a pu, chacun à sa place, chacun dans son rôle ». Voilà ce qu’a dit le Président Macron après l’incendie. Chacun à sa place… et oui il y a les grands donateurs du CAC40 qui rivalisent à coups de millions (défiscalisés pour la plupart) et les autres, les gueux, les moins que rien qui pourront donner quelques euros malgré leurs retraites amputées par la CSG, leurs bas salaires de travailleurs, leurs impôts qu’ils paient plein pot puisque l’ISF est intouchable sous le règne de Macron. L’argent des riches est bel et bien présent en France, la preuve en est en ce moment. Dommage que le patrimoine plus modeste que celui de la cathédrale soit moins privilégié. Il faut faire une loterie nationale spéciale pour essayer de sauver une église de campagne, un château, un cloitre... Dommage aussi que nos chers donateurs si généreux ne s’aperçoivent pas qu’il y a 4 millions de mal-logés dans notre beau pays, 143.000 personnes vivant dans la rue et que 566 humains sont morts dans ces mêmes rues en 2018. Pour les femmes sans abri, la situation est encore pire, elles ne peuvent accéder à une hygiène qui leur est indispensable (problème des règles) et elles risquent le viol trop souvent. Les centres d’hébergement sont en quantité insuffisante et les expulsions du printemps augmentent le nombre de personnes sans logement.

Dommage aussi que les handicapés voient leur budget raboté et leur allocation spécifique menacée car il faut faire des économies ! Economies aussi il y a, pour les personnes âgées qui ont toutes les difficultés à maintenir leur fin de vie dans leurs domiciles et donc se retrouvent dans des EHPAD surchargés où le personnel, si dévoué soit-il, a des conditions de travail insupportables. Il est question de prendre le salaire d’un autre jour de congé, aux travailleurs bien sûr, pour arrondir le budget destiné aux anciens. Quelles améliorations leur ont été apportées par la réquisition du salaire du lundi de Pentecôte ? Il serait intéressant qu’un vrai bilan soit effectué et communiqué. Et ce n’est pas tout, hélas, les services publics sont rognés ou supprimés. L’éducation et la santé qui devraient être des dépenses privilégiées, voient leurs budgets et leur personnel en baisse, les suppressions, d’écoles, d’hôpitaux ne peuvent qu’aggraver la situation de ceux qui sont dans leur rôle de petits donateurs… Quant aux migrants dont le nombre ne fera qu’augmenter dans le futur, la France les accueille au compte-gouttes et n’a aucun plan pour cette réalité objective qu’est la migration du XXI ème siècle.

Il est sûr que les milliardaires ne peuvent régler tous ces problèmes, mais ils pourraient participer à l’effort national qui consiste à payer des impôts en fonction de ses revenus et - vu ce que les travailleurs et retraités paient sur leurs petits revenus les sommes récoltées sur les riches devraient être conséquentes, si l’impôt est juste. Ce qui est frappant depuis quelques jours c’est l’énormité du fossé qui apparait encore plus criante, entre ceux d’en haut et ceux d’en bas, les millions d’un côté et l’austérité de l’autre, on le savait, les patrons des grandes entreprises partaient à la retraite avec des sommes folles mais là on les voit jongler avec leur argent… un pognon de dingue mais ce n’est pas celui alloué aux prestations sociales comme voulait nous le faire croire Emmanuel Macron dont le nouveau monde est une vaste mascarade… Auront-ils le royaume des cieux, ceux qui alignent leurs millions ? Je terminerai avec cette phrase lue sur internet « Ainsi va la République en marche, tout pour Notre-Dame, rien pour les misérables. »

Marylène Berne



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Depuis que les hommes vivent en société organisée ,il y a des riches et des pauvres . Cette réalité existe dans tous les pays du monde .Mais elle est plus visible dans certains que dans d’autres . Surtout dans les pays les plus pauvres ou les plus pauvres ne disposent pour vivre pendant une année même pas ce que perçoivent par mois les gens les plus pauvres des pays riches . Il suffit de consulter les chiffres fournis par la Banque mondiale pour voir que dans certains pays le revenus annuels moyens des habitants ne dépassent pas 300 euros alors que chez nous les personnes les plus pauvres ont un revenu mensuel supérieur à 400 euros .

    On peut crier et tempêter sur ce qui se passe dans notre pays . Il y a certainement beaucoup de chose à faire pour améliorer le sort des plus démunis .Mais il faut bien admettre que notre situation est encore enviable pour la majorité de ceux qui vivent ailleurs et notamment dans les pays les plus pauvres .Et si des gens sont prêts à sacrifier leur vie pour rejoindre nos frontières que ce soit en Europe ou la Réunion où nous constatons un afflux de personnes venant des pays voisins ou même lointains tels que le Sri Lanka C’est bien parce qu’ il fait bon vivre en France ou en Europe malgré toutes les difficultés auxquelles nous sommes confrontées .

    Dans la compétition internationale que doivent affronter tous les pays du monde .Les dirigeants sont obligés de tenir compte de l’impact de leur décision sur la place de leur pays dans le monde . C’est vrai que dans notre pays les gens très riches ne payent pas assez d’impôts ;mais que feraient ces riches s’ils étaient trop imposées par rapport aux autres pays : Ils iraient vivre ailleurs et investir leur argent là ou les conditions leurs sont plus favorables . Beaucoup d’hommes d’affaires ou de vedettes ont quitté notre pays pour aller s’installer à l’étranger parce qu’ils ont trouvé que la fiscalité et les prélèvements sociaux étaient trop pesants en France et on ne peut pas reprocher à ceux qui restent en France de profiter des bonnes occasions pour défiscaliser leur revenus .

    On peut certes regretter que les riches qui défiscalisent payent moins d’impôts mais il ne faut pas oublier que toutes les défiscalisation n’ont pour but que de favoriser l’épanouissement économique de la société par les investissement qu’elles génèrent et les emplois qui sont créés par les financements défiscalisés.

    Le problème de la pauvreté n’est pas seulement un problème national mais c’est un problème international . Le gouvernants que voudraient agir très vite pour lutter contre la pauvreté dans leurs pays ne peuvent pas prendre les décisions qui s’imposent parce que le monde est devenu interdépendant . Les revenus que nous pouvons avoir dans notre pays dépend aussi de la politique qui est menée dans d’autres pays et de l’évolution des droits individuels dans ces pays . Nous avancerons certainement plus vite vers une plus grande justice sociale quand les droits sociaux que nous avons obtenus en France seront généralisés et appliqués peu près de la même manière dans les autres pays du monde . Lorsque certains pays sont tellement faibles que non seulement ils ne peuvent pas avancer mais sont obligés de reculer ,leur recul freine aussi toute la communauté internationale et a des répercussions sur les rouages de l’économie mondiale . L’immigration massive constatée en Europe au cour de ces dernières années a été causée par la situation désastreuse dans laquelle se trouvent les pays ’Afrique du Nord et du moyen Orient . Et le malheur des uns ne fait pas toujours le bonheur des autres mais contribuent aussi leur régression .

    Les hommes commencent à prendre conscience de leur interdépendance et des conséquences de leurs actes sur le reste du monde mais ils ont du mal à accepter l’idée qu’il faut qu’ils organisent leur vie en fonction des autres , même de ceux qui sont l’autre bout de la planète . I faudrait certainement trouver une solution pour arrêter les flux migratoires qui apportent chez nous
    la misère des autres mais certainement pas en fermant totalement nos frontières . Mais en aidant les autres chez eux .

    Si les riches ne se mobilisent pas sur la misère du monde c’est par égoïsme mais aussi parce que certaines causes mobilisent plus que d’autres .On ne peut pas interdire aux gens riches d’être généreux pour une cause qu’ils soutiennent mais la générosité des uns ne doit pas générer une charge supplémentaires pour les autres , mais plutôt permettre d’alléger leurs charges .Pour cela il ne faut pas que l’Etat permette des défiscalisations excessives . ceux qui veulent donner des centaines de millions pour reconstruire un édifice religieux doivent pouvoir le faire mais leurs millions donnés ne devraient pas les dispenser de payer leurs impôts taxes et divers prélèvements sociaux .

    L’Etat permet des défiscalisations pour encourager les investissements dans de nombreux domaines .Les édifices religieux quelque soit leur importances devraient bénéficier des mêmes règles qu’ils soient la charge de l’Etat ou pas . Car la pratique des cultes religieux pourraient être considérée comme d’utilité publique dès lors qu’elle rassemble de nombreux pratiquants . La collectivité accepte de financer des établissements culturels ou sportifs ou les gens vont se retrouver pour leur épanouissement personnel . Il en est de même pour les lieux de cultes .Et on ne devrait pas s’opposer à ce que l’Etat accorde à ceux qui veulent aider à leur reconstruction une possibilité de défiscaliser leur dons .Mais il faudrait que cette possibilité soit donnée pour tous les lieux de cultes et que les conditions de défiscalisations ne soient pas plus favorables que pour les autres investissements publics ou privés qui peuvent en bénéficier . Si non on tombe dans le favoritisme et le clientélisme .

    Enfin d’une manière générale si nous voulons progresser et laisser nos enfants une société plus juste et plus équitable il ne faut pas oublier que notre pays ne peut plus avancer seul . Il doit aussi compter sur les autres et il ne faudrait pas que nous restions indifférents aux malheurs qui frappent les autres pays . Et là ou la générosité individuelle est insuffisante il faudrait
    que l’Etat se montre plus généreux avec l’argent de ses contribuables en attendant que la communauté internationale s’organise pour instituer un impôt mondial pour intervenir en urgence partout dans le monde en cas de situation catastrophique. C’est en faisant progresser les autres que nous pouvons progresser nous mêmes.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Mr MJL,
    Je n’ ai pas votre capacité de logorrhée, aussi vous répondrai- je en seulement quelques mots : vous avez perdu , comme en de multiples autres circonstances, l’ occasion de vous taire !!!!
    Jean-Paul Ciret

    Article
    Un message, un commentaire ?